Nouveau partenaire ImaGEO, épisode 2 : le fonds Choppy

Le laboratoire EDYTEM-Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne, UMR 5204, a été créé en 2004, regroupant des géographes et des géologues de l’Université de Savoie. Parmi les objets emblématiques dont se sont emparés les chercheurs d’Edytem, figure le karst : mécanismes de creusement des réseaux souterrains, circulation des eaux dans les aquifères, paysages de surface des massifs calcaires, valorisation et protection…

À l’été 2004, le laboratoire Edytem a été légataire d’un important fonds de livres, revues et documents d’archives sur le karst, constitué depuis une cinquantaine d’années par Jacques Choppy. Cette riche bibliothèque a été progressivement inventoriée, classée selon les normes du Bulletin Bibliographique Spéléologique, cataloguée et mise à disposition des chercheurs et des étudiants. Plusieurs autres dons et legs sont venus entre temps s’ajouter au fonds initial. Le fonds Choppy est aujourd’hui le principal centre de documentation sur le karst dans les bibliothèques universitaires françaises.

Une fois les ouvrages et les grandes revues traitées, la question s’est posée du traitement d’un important lot de documents iconographiques non conventionnels : les topographies de cavités. Il s’agit de documents levés sous terre à la suite des explorations spéléologiques, et qui se présentent sous la forme de plans, de coupes, de sections transverses et de cartes avec report de surface. Si certaines de ces topographies ont pu être publiées, beaucoup sont inédites : elles ont circulé, des années 1950 aux années 1980, entre spéléo-karstologues, et Jacques Choppy se trouvait au centre d’un réseau d’échanges très vivant. L’ensemble est extrêmement varié : il va de croquis de terrains aux documents achevés prêts à la publication ; de la feuille de calepin A6 ou A7 au plan grand format de plusieurs mètres de long ; du calque à la photocopie en passant par les tirages alcool ; du document isolé au dossier documentaire recélant plusieurs plans de la même grotte… Et il faut compter aussi avec les bulletins de clubs à la diffusion souvent confidentielle et contenant également de nombreuses topographies.

Compte tenu du caractère hétéroclite de ce corpus, la numérisation de ce fonds documentaire répond d’abord à un impératif de conservation ; mais ces documents valent surtout pour leur intérêt scientifique. Ils constituent un fonds unique pour l’histoire des sciences ; les dossiers documentaires sont des sources de première main pour retracer l’exploration et la compréhension de quelques grands réseaux (Trou Qui Souffle en Vercors par exemple, ou réseau de la Dent de Crolles en Chartreuse). Les travaux menés depuis plusieurs années au laboratoire Edytem trouveront là matière à être approfondis, de même que les travaux doctoraux d’histoire de la spéléologie prévus à partir de 2018. Une fois numérisées, les topographies seront décrites une à une selon une grille de catalogage conçue spécifiquement pour ce fonds. À terme, l’objectif est de géoréférencer chacune de ces topographies et de les intégrer dans un système d’information documentaire qui pourra être interrogé à partir des inventaires spéléologiques départementaux et d’autres bases de données topographiques.

Par Christophe Gauchon, UMR Edytem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *