Tous les articles par Caroline Abela

Nouveau partenaire ImaGEO, épisode 3 : GeoLyon

Géolocalisation des cartes intégrées dans GéoLyon.

La Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux (MOM) a été fondée en 1975 par Jean Pouilloux, professeur d’épigraphie grecque à la Faculté des Lettres de l’université de Lyon, dans le but de regrouper en un même lieu les équipes lyonnaises qui travaillaient sur l’Antiquité. Sous la double tutelle du CNRS et de l’Université Lumière Lyon 2, la MOM fédère quatre laboratoires autour d’une identité scientifique commune l’étude des origines, des développements et de la diffusion des civilisations, de la Préhistoire au monde médiéval. Principalement centrés sur la Méditerranée, le Proche et le Moyen-Orient, les champs d’étude de la MOM s’étendent aussi à d’autres zones géographiques et comprennent notamment le territoire métropolitain.

La cartothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée reflète les terrains de recherche de ses équipes constitutives. Elle regroupe un fonds important de cartes, atlas et photos aériennes (environ 10000 documents) sur le bassin méditerranéen et le Proche Orient. Dès les années 2000, un important travail de numérisation du fonds a été amorcé ainsi qu’un regroupement des documents cartographiques de l’ensemble de la MOM de manière à mettre en place une géothèque numérique.

GéoLyon s’inscrit dans la continuité de ce travail avec pour objectif de recréer virtuellement le fonds cartographique de l’Université de Lyon tel qu’il était avant l’ « éclatement » des établissements en 1973. Ce fonds originel (environ 70000 documents) se trouve désormais réparti entre les Universités Lyon1, Lyon2, Lyon3, Saint Etienne et l’Institut Français du Proche Orient (IFPO).

Une première phase du projet a débuté en 2013 et a débouché à la mutualisation de trois fonds cartographiques appartenant à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, au Centre de Recherches en Géographie et Aménagement (CRGA) et à l’Institut Français au Proche-Orient. Cela représente actuellement plus de 12000 documents numérisés, documentés  et géolocalisés (5000 sont d’ores et déjà accessibles sur le portail geolyon.mom.fr).  Elle a également permis de développer des méthodes organisationnelles pour le traitement des données géolocalisées, de leur dématérialisation à leur pérennisation ainsi que des outils de production et de diffusion en appui avec les services de la TGIR Huma-Num (Nakala, HumaNum Box).

GéoLyon a été présenté dans le cadre du salon Innovative SHS les 17-18 mai à Marseille.

Le socle technologique développé dans le cadre de GéoLyon sert de base à d’autres projets autour des données géolocalisées comme Data.loci – projet Coopera en collaboration avec l’Université Autonome de Catalogne – portant sur la géolocalisation et le traitement de données archéologiques, géographiques et patrimoniales ou le projet Odalyge en collaboration avec l’Université Lyon3 et le service archéologique de la ville de Lyon sur la cartographie de la ville de Lyon et de son agglomération du début du 19ème siècle à nos jours.

Le projet GéoLyon a rejoint ImaGEO à l’occasion du renouvellement du consortium pour la période 2017-2020. L’objectif est de mutualiser non seulement son fonds avec les autres partenaires mais également de mutualiser les outils, les référentiels et engager une réflexion commune sur l’archivage de nos données.

Par Bruno Morandière, MOM.

Analyse comparative de métadonnées issues de données géographiques historiques et contemporaines sur La Réunion

Durant 2 mois, l’UMR Passages a accueilli Véronique Sermage pour un stage de fin d’études (DUT Information Numérique dans les organisations, Université Bordeaux Montaigne) dans le cadre d’une collaboration entre ImaGEO et le projet de recherche Géobs. L’objectif consistait à mener une analyse comparative de métadonnées issues d’une part de données historiques, celles de l’inventaire archivistique des collections du Centre d’Information Scientifique et Technique Regards sur l’île de La Réunion, et d’autre part, de données contemporaines produites sur cette même île, celles issues des géocatalogues étudiés par le projet Géobs.

Géobs est un projet de recherche, financé par la Nouvelle Aquitaine (2015-2017), coordonné par l’UMR Passages réalisé en collaboration avec des laboratoires de géographique (Prodig, LETG), informatique (LaBRI) et sciences de l’information et de la communication (MICA). Ce projet vise à analyser la gouvernance, le contenu et les usages des géoportails qui diffusent des données géographiques institutionnelles en France. 45 géoportails (16 nationaux et 29 régionaux) sont ainsi analysés à partir d’entretiens auprès de leurs promoteurs, d’enquête auprès des usagers et d’une exploration de leur contenu[1]. Cette dernière se fait, notamment, à partir de l’extraction et de l’analyse des métadonnées disponibles dans les géocatalogues associés à ses dispositifs (160.600 métadonnées en 2016). Sur La Réunion, le géoportail PEIGEO (figure 1) et les géoportails nationaux qui diffusent des données sur la métropole et l’outre-mer, ont permis de rassembler 3658 métadonnées.

Figure 1. Exemple de géoportail analysé : PEIGO (La Réunion)

Regards est le Centre d’Information Scientifique et Technique de l’UMR Passages, porteur du consortium ImaGEO. Sa collection de cartes sur l’île de La Réunion rassemble 222 pièces du 17ème au 20ème siècle, dont un atlas thématique. Ces cartes sont déposées dans Nakala, service de stockage et d’exposition de données de la TGIR Huma-Num (figure 2).

Figure 2. Exemple de métadonnées Regards analysées

Cinq éléments de comparaison entre les métadonnées issues du projet Géobs et celles en provenance du Centre Regards ont été retenus : les emprises spatiales, les échelles, les sources, les dates et les mots-clés.

 

Extraction des données

Dans le cadre du projet Géobs, une chaine de traitement (python) a été développée par Julie Pierson (UMR Passages) et Mathias Rouan (UMR LETG) pour extraire, à partir des services web de catalogage (CSW), les métadonnées des 45 géoportails étudiés et les intégrer dans une base de données PostgreSQL[2]. A partir de cette base de données, une seule requête SQL permet d’obtenir un fichier CSV avec les données de La Réunion.

Pour Regards  un fichier xml est généré par collection (10 pour La Réunion) grâce à des requêtes SPARQL sur Nakala.

Harmonisation des données

Les deux sources de données n’utilisent pas le même schéma de métadonnées : DCTerms pour Regards et ISO1915 pour Géobs. Pour les comparer il faut donc effectuer un  mapping (appariement) de données. La correspondance se fait par le biais de fichiers XSLT.  Les mots-clés et les sources ne nécessitent pas de traitements particuliers. Les dates doivent seulement être nettoyées, les deux sources de données suivant la norme ISO8601. Les échelles doivent être elles aussi nettoyées, car dans Géobs elles sont saisies dans un champ texte et sont donc hétérogènes  (1/25000, 1:25000, 25000). En revanche, les emprises ont été plus compliquées à gérer car si les valeurs étaient bien délimitées dans Géobs par une ligne distincte, dans Regards elles étaient saisies dans une seule même ligne :

Géobs

<maxx>55.88069561736391</maxx>
<maxy>-20.849230724786835</maxy>
<minx>55.17757061736392</minx>
<miny>-21.405174013556433</miny>

Regards

<binding name= »emprise »>
<literal datatype= »http://purl.org/dc/terms/Box« >northlimit=-21.3309; southlimit=-21.3715; westlimit=55.4544; eastlimit=55.5363</literal>
</binding>

La formalisation de Géobs a été retenue pour profiter des chaînes de traitement développées par le projet, en particulier pour représenter la couverture spatiale. Il a donc fallu séparer les valeurs des coordonnées de Regards sur plusieurs lignes distinctes, c’est la principale modification qui a été nécessaire pour veiller à rendre les métadonnées issues de ces deux sources comparables.

 

Analyse des données 

Différents traitements ont été réalisés ensuite pour analyser les données et effectuer ainsi les comparaisons.

Les échelles

Une discrétisation des échelles en quatre classes a permis d’affecter à chaque occurrence des différents corpus une valeur : grandes (inférieur au 10.000e), moyennes (10.000 < X < 25.000), petites (25.000 < X < 100.000) et très petites échelles (supérieur au 100.000e) et de constater ainsi des différences notables selon les corpus (figure 3). Proportionnellement, les données du Centre Regards proposent des représentations à grande échelle (60% de ce corpus) alors que près de la moitié des données de Géobs sont des données à petite échelle. Le Centre Regards dispose en effet d’un fonds essentiellement sur des thématiques foncières traitées à l’échelle de la parcelle ou des communes.

Figure 3. Comparaison des échelles des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les sources

L’analyse des sources des données (les contacts dans les métadonnées de Géobs) s’est opérée par des tableaux croisés dynamiques et donne là aussi une vision contrastée des deux ensembles étudiés (figure 4). Alors que les données de Géobs sont issues essentiellement des autorités publiques (État, collectivités, établissements publics), plus de la moitié des données du Centre Regards est issue de sources individuelles : des personnes morales, auteures de ces productions historiques mais qui dans la majorité des cas sont rattachés à un organisme public.

Figure 4. Comparaison des sources de données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les emprises spatiales

Pour visualiser une emprise, on a utilisé QGIS et un script créé par Julie Pierson (disponible sur GitHub) dans le cadre du projet Géobs permettant d’agréger, découper, compter les emprises pour les cartographier ensuite sous la forme de dégradés de couleurs. Cette cartographie de la couverture spatiale des données, permet notamment de mettre en exergue les zones les plus / moins densément couvertes (zone blanche et hotspot) grâce à une discrétisation qui isole les 10% les plus / les moins couverts (figure 5). Le différentiel entre le littoral et l’intérieur des terres est bien marqué sur les données anciennes.

 Figure 5. Comparaison des emprises spatiales des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

Conclusion

Ce travail exploratoire a permis de mener un travail d’analyse entre les différents schémas de métadonnées puis de comparer leurs contenus. Ce faisant, il offre des éléments de réflexions sur des corpus issus de contextes de production différents, au carrefour de la documentation et de la géomatique. Les différentiels de couverture spatiale, d’échelle ou encore de sources permettent de mettre en exergue des évolutions dans les modes de fabrique de l’information géographique.

Nous avions également souhaité comparer la couverture thématique des données en analysant les mots-clés. Cette analyse n’a pu être menée car les contenus des descripteurs thématiques suivent des logiques d’indexation différentes. En effet, dans les deux cas, les mots-clés sont choisis en fonction d’une norme : INSPIRE (via son thésaurus) pour Géobs et pour Regards le thésaurus thématique des systèmes d’information pour le développement. Alors que les métadonnées traitées par Géobs renvoient à des grands thèmes auxquels se rattachent l’ensemble des éléments de la base de données documentée, les descripteurs de Regards sont beaucoup plus fins : ils renvoient à l’ensemble des éléments cartographiés. Ils sont donc la plupart du temps similaires à l’ensemble des postes de légende et l’entrée thématique générale est au même niveau. Ainsi, à travers ce distinguo, on voit émerger deux cultures métier différentes : celle de la documentation qui va rechercher une indexation fine de l’ensemble des éléments décrits et celle de la géomatique qui se focalise davantage sur l’expression des thématiques générales. Néanmoins nous constatons que les conditions de réutilisation des données (licence, généalogie, etc.) sont une préoccupation présente dans les deux cultures métier. Ce faisant, on peut considérer qu’au même titre que les données, les pratiques liées aux traitements de ces données constituent de facto des objets de recherche potentiellement riche à analyser.

[1] L’article suivant donne un aperçu des premiers résultats du projet : http://www.mdpi.com/2220-9964/6/4/99

[2] La chaine de traitement est disponible sur : https://github.com/LETG/csw-harvester et une note méthodologique explique son fonctionnement : http://www-iuem.univ-brest.fr/pops/attachments/1142

Crédits : Veronique Sermage, Matthieu Noucher, Shadia Kilouchi, Caroline Abela

Nouveau partenaire ImaGEO, épisode 2 : le fonds Choppy

Le laboratoire EDYTEM-Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne, UMR 5204, a été créé en 2004, regroupant des géographes et des géologues de l’Université de Savoie. Parmi les objets emblématiques dont se sont emparés les chercheurs d’Edytem, figure le karst : mécanismes de creusement des réseaux souterrains, circulation des eaux dans les aquifères, paysages de surface des massifs calcaires, valorisation et protection…

À l’été 2004, le laboratoire Edytem a été légataire d’un important fonds de livres, revues et documents d’archives sur le karst, constitué depuis une cinquantaine d’années par Jacques Choppy. Cette riche bibliothèque a été progressivement inventoriée, classée selon les normes du Bulletin Bibliographique Spéléologique, cataloguée et mise à disposition des chercheurs et des étudiants. Plusieurs autres dons et legs sont venus entre temps s’ajouter au fonds initial. Le fonds Choppy est aujourd’hui le principal centre de documentation sur le karst dans les bibliothèques universitaires françaises.

Une fois les ouvrages et les grandes revues traitées, la question s’est posée du traitement d’un important lot de documents iconographiques non conventionnels : les topographies de cavités. Il s’agit de documents levés sous terre à la suite des explorations spéléologiques, et qui se présentent sous la forme de plans, de coupes, de sections transverses et de cartes avec report de surface. Si certaines de ces topographies ont pu être publiées, beaucoup sont inédites : elles ont circulé, des années 1950 aux années 1980, entre spéléo-karstologues, et Jacques Choppy se trouvait au centre d’un réseau d’échanges très vivant. L’ensemble est extrêmement varié : il va de croquis de terrains aux documents achevés prêts à la publication ; de la feuille de calepin A6 ou A7 au plan grand format de plusieurs mètres de long ; du calque à la photocopie en passant par les tirages alcool ; du document isolé au dossier documentaire recélant plusieurs plans de la même grotte… Et il faut compter aussi avec les bulletins de clubs à la diffusion souvent confidentielle et contenant également de nombreuses topographies.

Compte tenu du caractère hétéroclite de ce corpus, la numérisation de ce fonds documentaire répond d’abord à un impératif de conservation ; mais ces documents valent surtout pour leur intérêt scientifique. Ils constituent un fonds unique pour l’histoire des sciences ; les dossiers documentaires sont des sources de première main pour retracer l’exploration et la compréhension de quelques grands réseaux (Trou Qui Souffle en Vercors par exemple, ou réseau de la Dent de Crolles en Chartreuse). Les travaux menés depuis plusieurs années au laboratoire Edytem trouveront là matière à être approfondis, de même que les travaux doctoraux d’histoire de la spéléologie prévus à partir de 2018. Une fois numérisées, les topographies seront décrites une à une selon une grille de catalogage conçue spécifiquement pour ce fonds. À terme, l’objectif est de géoréférencer chacune de ces topographies et de les intégrer dans un système d’information documentaire qui pourra être interrogé à partir des inventaires spéléologiques départementaux et d’autres bases de données topographiques.

Par Christophe Gauchon, UMR Edytem.

Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle

mcmo20160517ImaGEO est présent dans le cadre d’une exposition de cartes qui se tient actuellement à la Maison des Suds (campus de Pessac, Bordeaux). Conçue par Matthieu Noucher, qui en est le commissaire, elle rassemble des tableaux de comparaison des montagnes et des rivières du 19ème siècle de deux fonds différents : des documents originaux de la cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne et des reproductions numériques de cartes issues de la collection de David Rumsey.

A3 affiche Imageo 250ImaGEO y propose un poster afin de présenter ses activités, le traitement des images géographiques et les méthodologies suivies. Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un atelier transversal de l’UMR Passages « Mise en ligne, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace », qui s’est tenu le 17 mai dernier sur le thème « Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle ».

Voici un bref résumé des interventions :

Gilles Palsky, Université de Paris 1 – Pantheon Sorbonne « Le démon de la comparaison. Les planches comparatives de montagnes et de fleuves dans la géographie du 19eme siècle ».

Gilles Palsky s‘est tout d’abord intéressé aux origines historiques de ces planches comparatives. Après un premier tableau comparatif de Pasumot en 1783 (table des principales montagnes en Amérique, en France et dans les Alpes), les premiers modèles de tableau apparaissent au début du 19ème siècle (1806 et 1807) et auront ensuite un succès populaire.

Puis Gilles Palsky a proposé une approche épistémologique. Comment comprendre ce succès ? Ces tableaux relèvent de plusieurs projets distincts : un projet comparatif et statistique (la plus grande hauteur, etc.) dans l’idée de rendre le monde plus lisible, mais aussi un projet qui relève de la conquête du vertical (inventaire du monde, observation de lois physiques, de la hauteur), ou qui relève encore de l’esthétique du paysage, du spectacle de la nature. Ces tableaux participent d’une culture visuelle qui se développe au 19ème siècle, d’une expression de la nouvelle géographie scientifique.

Ces tableaux se sont ensuite diffusés en se diversifiant : diversification des objets (montagnes, rivières, lacs, chutes d’eau, monuments), diversification des échelles (le monde, la région). La dimension décorative et pittoresque s’accentue et le sens scientifique se perd. Ils participent ainsi de plus en plus d’une culture populaire et sont présents dans des ouvrages pédagogiques dans un objectif de géographie descriptive.

Peu à peu d’autres modes de représentations (dont la photographie) vont remplacer ces représentations sous forme de tableaux. Le genre ne s’éteint pas totalement pour autant, jusqu’à aujourd’hui. La vue synoptique perdure pour un public qui en reste friand, elle est toujours un élément de la culture populaire même si elle a perdu son caractère scientifique.

lemondesurunefeuille

Bailly, Jean-Christophe ; Besse, Jean-Marc ; Palsky, Gilles. Le monde sur une feuille : les tableaux comparatifs de montagnes et de fleuves dans les atlas du XIXe siècle. Lyon : Fage éd, 2014. 203 p.

W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.
W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.

Baptiste Hautdidier (IRSTEA). « Le tableau comparatif des montagnes et rivières. Émuler pour comprendre, créer, critiquer ».

Baptiste Hautdidier s’est intéressé à ces formes de représentations suite à un travail dans le cadre d’un projet ANR Adapt’Eau (qui s’interroge en Gironde, autour de la Garonne, sur les grandes tendances dans l‘évolution des usages et occupations du sol, sur les relations des collectivités locales au fleuve et sur les conceptions des espaces riverains du fleuve par les habitants). Comment représenter le continuum fluvial de façon cartographique ? Il s’est alors intéressé aux tableaux comparatifs de fleuves, notamment à ceux disponibles sur le site de David Rumsey.

Il en déduit que la représentation du continuum fluvial nécessite une transformation. Il utilise alors des méthodes de déformation caoutchoutée et les outils SIG, ce qui l’amène à produire un tableau comparatif de 17 fleuves. Des questions méthodologiques se posent : comment mesurer la longueur d’un fleuve, comment les ordonner, comment localiser les sources ? Les classements évoluent grandement entre 1823 et 2014. Baptiste Hautdidier s’intéresse aux formes de représentations pour lesquelles la linéarité des éléments est très marquée et dépendent du médium.

Selon lui, quand on crée des tableaux comparatifs il y a des choix et arbitrages importants à effectuer, cela implique une complémentarité avec la version « bassin versant » et d’être dans une posture de « mapmaker » (de « bricolage ») qui n’est pas anodine.

Lecture :

Hautdidier B. “The comparative tableau of mountains & rivers : emulation and re-appraisal of a popular XIXth century visualization design”, Environment and Planning A, 2015.

L’exposition sera visible dans le hall de la Maison des Suds jusqu’à la fin du mois de mai.

Adresse : 12 Esplanade des Antilles, 33600 Pessac.

 

Journée d’étude d’ImaGEO

Le consortium ImaGEO organise une journée d’étude sur « La sémantique de l’image. Traitement et analyse », le jeudi 10 décembre, de 10h à 17h, à l’université Paris Diderot, Paris 13e, bâtiment Lavoisier, salle 106 (plan).

Quels enjeux autour de la sémantique des images ? Quelles techniques d’interprétation sémantique pour classer et indexer ? Lors de cette journée d’étude, nous vous proposons de réfléchir et de discuter de la reconnaissance visuelle, de l’indexation automatique des images ou encore de la fouille dans des bases d’images, et plus largement des apports de ces différentes méthodes pour les images des géographes.

9h30 Accueil

10h00 Présentation du consortium ImaGÉO et de la journée

10h15 Y. CHAHIR, Laboratoire GREYC, Caen – Caractérisation et indexation des images ou du contenu visuel

11h00 M. CORD, Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (LIP6), Paris – Reconnaissance automatique de symboles dans les cartes de Cassini (ANR Géopeuple)

11h45 C. RIGAUD, Laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i), La Rochelle – Analyse et indexation d’images de bandes dessinées

14h00 L. YOUNES, CentraleSupélec, Rennes – Reconstruction spatio-temporelle de bâtiments à partir de documents anciens

14h45 H. MAÎTRE, Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech – Bases de données d’images satellitaires à haute résolution

15h30 B LABBÉ et B. LE BONHOMME, Laboratoire Vision et Ingénierie des Contenus, CEA – La plateforme ELISE : indexation et recherche d’image sémantique

16h15 D. PICARD, Ecole nat. sup. de l’électronique et de ses applications (ENSEA), Cergy – Annotation semi-automatique des images patrimoniales

Localisation : Bâtiment Lavoisier, 15-17 rue Jean Antoine de Baïf, 75013 Paris  (Bâtiment n°8).
RER C et Métro ligne 14 arrêt Bibliothèque F. Mitterrand
Contrôle des sacs à l’entrée du bâtiment. Se munir d’une pièce d’identité.
Pour tout renseignement : malika.madelin@univ-paris-diderot.fr

Crédits photographiques : Emmanuel De Martonne. Ca 1930. France : Normandie : Cotentin : Basse-Normandie : Manche : Vue de la baie d’Ecalgrain depuis les hautes falaises de Jobourg. UMR 8586 Prodig. https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01134933

 

Consortium Imageo

Le consortium « Cartes et photographies des géographes » rassemble les UMR ADESS, PRODIG, MIGRINTER, GEODE et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne. Il a été labellisé par la TGIR HUMA-NUM du CNRS. Il se donne deux missions principales : il s’agit d’une part de rendre disponibles des archives d’images géographiques, cartes et photographies, qui intéresseront les historiens de la discipline et les épistémologues en tant qu’héritage et patrimoine scientifique de la recherche en géographie et d’autre part d’archiver et rendre également accessibles les résultats et productions contemporaines de ces recherches. L’enjeu de ce consortium est en effet de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs ; ces ressources sont en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante. De nombreuses informations cartographiques ou photographiques anciennes, fort précieuses, ne sont pas utilisées par les chercheurs, n’étant disponibles qu’en format papier et en des lieux pas toujours bien identifiés. De plus, une part importante de ces images géographiques n’est paradoxalement pas géolocalisée ni même indexée selon des critères spatiaux au-delà du toponyme, ce qui les rend aujourd’hui peu exploitables. Rendre accessibles et utilisables des données géographiques auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance : cela permet de retranscrire l’évolution des représentations du monde d’une discipline scientifique particulière, en lien avec un contexte historique et social donné, mais aussi en terme de mise à disposition et d’archivage rapide des productions récentes de la recherche. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, en particulier les photographies produites par les chercheurs sur leurs terrains et les représentations qu’ils créent sous forme de cartes.