Archives de catégorie : Forum

Analyse comparative de métadonnées issues de données géographiques historiques et contemporaines sur La Réunion

Durant 2 mois, l’UMR Passages a accueilli Véronique Sermage pour un stage de fin d’études (DUT Information Numérique dans les organisations, Université Bordeaux Montaigne) dans le cadre d’une collaboration entre ImaGEO et le projet de recherche Géobs. L’objectif consistait à mener une analyse comparative de métadonnées issues d’une part de données historiques, celles de l’inventaire archivistique des collections du Centre d’Information Scientifique et Technique Regards sur l’île de La Réunion, et d’autre part, de données contemporaines produites sur cette même île, celles issues des géocatalogues étudiés par le projet Géobs.

Géobs est un projet de recherche, financé par la Nouvelle Aquitaine (2015-2017), coordonné par l’UMR Passages réalisé en collaboration avec des laboratoires de géographique (Prodig, LETG), informatique (LaBRI) et sciences de l’information et de la communication (MICA). Ce projet vise à analyser la gouvernance, le contenu et les usages des géoportails qui diffusent des données géographiques institutionnelles en France. 45 géoportails (16 nationaux et 29 régionaux) sont ainsi analysés à partir d’entretiens auprès de leurs promoteurs, d’enquête auprès des usagers et d’une exploration de leur contenu[1]. Cette dernière se fait, notamment, à partir de l’extraction et de l’analyse des métadonnées disponibles dans les géocatalogues associés à ses dispositifs (160.600 métadonnées en 2016). Sur La Réunion, le géoportail PEIGEO (figure 1) et les géoportails nationaux qui diffusent des données sur la métropole et l’outre-mer, ont permis de rassembler 3658 métadonnées.

Figure 1. Exemple de géoportail analysé : PEIGO (La Réunion)

Regards est le Centre d’Information Scientifique et Technique de l’UMR Passages, porteur du consortium ImaGEO. Sa collection de cartes sur l’île de La Réunion rassemble 222 pièces du 17ème au 20ème siècle, dont un atlas thématique. Ces cartes sont déposées dans Nakala, service de stockage et d’exposition de données de la TGIR Huma-Num (figure 2).

Figure 2. Exemple de métadonnées Regards analysées

Cinq éléments de comparaison entre les métadonnées issues du projet Géobs et celles en provenance du Centre Regards ont été retenus : les emprises spatiales, les échelles, les sources, les dates et les mots-clés.

 

Extraction des données

Dans le cadre du projet Géobs, une chaine de traitement (python) a été développée par Julie Pierson (UMR Passages) et Mathias Rouan (UMR LETG) pour extraire, à partir des services web de catalogage (CSW), les métadonnées des 45 géoportails étudiés et les intégrer dans une base de données PostgreSQL[2]. A partir de cette base de données, une seule requête SQL permet d’obtenir un fichier CSV avec les données de La Réunion.

Pour Regards  un fichier xml est généré par collection (10 pour La Réunion) grâce à des requêtes SPARQL sur Nakala.

Harmonisation des données

Les deux sources de données n’utilisent pas le même schéma de métadonnées : DCTerms pour Regards et ISO1915 pour Géobs. Pour les comparer il faut donc effectuer un  mapping (appariement) de données. La correspondance se fait par le biais de fichiers XSLT.  Les mots-clés et les sources ne nécessitent pas de traitements particuliers. Les dates doivent seulement être nettoyées, les deux sources de données suivant la norme ISO8601. Les échelles doivent être elles aussi nettoyées, car dans Géobs elles sont saisies dans un champ texte et sont donc hétérogènes  (1/25000, 1:25000, 25000). En revanche, les emprises ont été plus compliquées à gérer car si les valeurs étaient bien délimitées dans Géobs par une ligne distincte, dans Regards elles étaient saisies dans une seule même ligne :

Géobs

<maxx>55.88069561736391</maxx>
<maxy>-20.849230724786835</maxy>
<minx>55.17757061736392</minx>
<miny>-21.405174013556433</miny>

Regards

<binding name= »emprise »>
<literal datatype= »http://purl.org/dc/terms/Box« >northlimit=-21.3309; southlimit=-21.3715; westlimit=55.4544; eastlimit=55.5363</literal>
</binding>

La formalisation de Géobs a été retenue pour profiter des chaînes de traitement développées par le projet, en particulier pour représenter la couverture spatiale. Il a donc fallu séparer les valeurs des coordonnées de Regards sur plusieurs lignes distinctes, c’est la principale modification qui a été nécessaire pour veiller à rendre les métadonnées issues de ces deux sources comparables.

 

Analyse des données 

Différents traitements ont été réalisés ensuite pour analyser les données et effectuer ainsi les comparaisons.

Les échelles

Une discrétisation des échelles en quatre classes a permis d’affecter à chaque occurrence des différents corpus une valeur : grandes (inférieur au 10.000e), moyennes (10.000 < X < 25.000), petites (25.000 < X < 100.000) et très petites échelles (supérieur au 100.000e) et de constater ainsi des différences notables selon les corpus (figure 3). Proportionnellement, les données du Centre Regards proposent des représentations à grande échelle (60% de ce corpus) alors que près de la moitié des données de Géobs sont des données à petite échelle. Le Centre Regards dispose en effet d’un fonds essentiellement sur des thématiques foncières traitées à l’échelle de la parcelle ou des communes.

Figure 3. Comparaison des échelles des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les sources

L’analyse des sources des données (les contacts dans les métadonnées de Géobs) s’est opérée par des tableaux croisés dynamiques et donne là aussi une vision contrastée des deux ensembles étudiés (figure 4). Alors que les données de Géobs sont issues essentiellement des autorités publiques (État, collectivités, établissements publics), plus de la moitié des données du Centre Regards est issue de sources individuelles : des personnes morales, auteures de ces productions historiques mais qui dans la majorité des cas sont rattachés à un organisme public.

Figure 4. Comparaison des sources de données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les emprises spatiales

Pour visualiser une emprise, on a utilisé QGIS et un script créé par Julie Pierson (disponible sur GitHub) dans le cadre du projet Géobs permettant d’agréger, découper, compter les emprises pour les cartographier ensuite sous la forme de dégradés de couleurs. Cette cartographie de la couverture spatiale des données, permet notamment de mettre en exergue les zones les plus / moins densément couvertes (zone blanche et hotspot) grâce à une discrétisation qui isole les 10% les plus / les moins couverts (figure 5). Le différentiel entre le littoral et l’intérieur des terres est bien marqué sur les données anciennes.

 Figure 5. Comparaison des emprises spatiales des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

Conclusion

Ce travail exploratoire a permis de mener un travail d’analyse entre les différents schémas de métadonnées puis de comparer leurs contenus. Ce faisant, il offre des éléments de réflexions sur des corpus issus de contextes de production différents, au carrefour de la documentation et de la géomatique. Les différentiels de couverture spatiale, d’échelle ou encore de sources permettent de mettre en exergue des évolutions dans les modes de fabrique de l’information géographique.

Nous avions également souhaité comparer la couverture thématique des données en analysant les mots-clés. Cette analyse n’a pu être menée car les contenus des descripteurs thématiques suivent des logiques d’indexation différentes. En effet, dans les deux cas, les mots-clés sont choisis en fonction d’une norme : INSPIRE (via son thésaurus) pour Géobs et pour Regards le thésaurus thématique des systèmes d’information pour le développement. Alors que les métadonnées traitées par Géobs renvoient à des grands thèmes auxquels se rattachent l’ensemble des éléments de la base de données documentée, les descripteurs de Regards sont beaucoup plus fins : ils renvoient à l’ensemble des éléments cartographiés. Ils sont donc la plupart du temps similaires à l’ensemble des postes de légende et l’entrée thématique générale est au même niveau. Ainsi, à travers ce distinguo, on voit émerger deux cultures métier différentes : celle de la documentation qui va rechercher une indexation fine de l’ensemble des éléments décrits et celle de la géomatique qui se focalise davantage sur l’expression des thématiques générales. Néanmoins nous constatons que les conditions de réutilisation des données (licence, généalogie, etc.) sont une préoccupation présente dans les deux cultures métier. Ce faisant, on peut considérer qu’au même titre que les données, les pratiques liées aux traitements de ces données constituent de facto des objets de recherche potentiellement riche à analyser.

[1] L’article suivant donne un aperçu des premiers résultats du projet : http://www.mdpi.com/2220-9964/6/4/99

[2] La chaine de traitement est disponible sur : https://github.com/LETG/csw-harvester et une note méthodologique explique son fonctionnement : http://www-iuem.univ-brest.fr/pops/attachments/1142

Crédits : Veronique Sermage, Matthieu Noucher, Shadia Kilouchi, Caroline Abela

Nouveau partenaire ImaGEO, épisode 2 : le fonds Choppy

Le laboratoire EDYTEM-Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne, UMR 5204, a été créé en 2004, regroupant des géographes et des géologues de l’Université de Savoie. Parmi les objets emblématiques dont se sont emparés les chercheurs d’Edytem, figure le karst : mécanismes de creusement des réseaux souterrains, circulation des eaux dans les aquifères, paysages de surface des massifs calcaires, valorisation et protection…

À l’été 2004, le laboratoire Edytem a été légataire d’un important fonds de livres, revues et documents d’archives sur le karst, constitué depuis une cinquantaine d’années par Jacques Choppy. Cette riche bibliothèque a été progressivement inventoriée, classée selon les normes du Bulletin Bibliographique Spéléologique, cataloguée et mise à disposition des chercheurs et des étudiants. Plusieurs autres dons et legs sont venus entre temps s’ajouter au fonds initial. Le fonds Choppy est aujourd’hui le principal centre de documentation sur le karst dans les bibliothèques universitaires françaises.

Une fois les ouvrages et les grandes revues traitées, la question s’est posée du traitement d’un important lot de documents iconographiques non conventionnels : les topographies de cavités. Il s’agit de documents levés sous terre à la suite des explorations spéléologiques, et qui se présentent sous la forme de plans, de coupes, de sections transverses et de cartes avec report de surface. Si certaines de ces topographies ont pu être publiées, beaucoup sont inédites : elles ont circulé, des années 1950 aux années 1980, entre spéléo-karstologues, et Jacques Choppy se trouvait au centre d’un réseau d’échanges très vivant. L’ensemble est extrêmement varié : il va de croquis de terrains aux documents achevés prêts à la publication ; de la feuille de calepin A6 ou A7 au plan grand format de plusieurs mètres de long ; du calque à la photocopie en passant par les tirages alcool ; du document isolé au dossier documentaire recélant plusieurs plans de la même grotte… Et il faut compter aussi avec les bulletins de clubs à la diffusion souvent confidentielle et contenant également de nombreuses topographies.

Compte tenu du caractère hétéroclite de ce corpus, la numérisation de ce fonds documentaire répond d’abord à un impératif de conservation ; mais ces documents valent surtout pour leur intérêt scientifique. Ils constituent un fonds unique pour l’histoire des sciences ; les dossiers documentaires sont des sources de première main pour retracer l’exploration et la compréhension de quelques grands réseaux (Trou Qui Souffle en Vercors par exemple, ou réseau de la Dent de Crolles en Chartreuse). Les travaux menés depuis plusieurs années au laboratoire Edytem trouveront là matière à être approfondis, de même que les travaux doctoraux d’histoire de la spéléologie prévus à partir de 2018. Une fois numérisées, les topographies seront décrites une à une selon une grille de catalogage conçue spécifiquement pour ce fonds. À terme, l’objectif est de géoréférencer chacune de ces topographies et de les intégrer dans un système d’information documentaire qui pourra être interrogé à partir des inventaires spéléologiques départementaux et d’autres bases de données topographiques.

Par Christophe Gauchon, UMR Edytem.

Le Consortium ImaGEO 2017-2020 : nouvelle labellisation, nouveaux projets

Le Consortium ImaGEO, « Images des géographes » a été créé fin 2012 par plusieurs partenaires, unités de recherche et service de documentation, dans le but de mutualiser les efforts pour la diffusion numérique de données iconographiques à destination des géographes. Après quatre années de travaux en commun qui ont mené à la mise en ligne de fonds de photographies et de cartes, le consortium ImaGEO a été à nouveau labellisé par la TGIR Huma-Num pour un nouveau quadriennal durant la période 2017-2020.

Continuer la lecture de Le Consortium ImaGEO 2017-2020 : nouvelle labellisation, nouveaux projets

Photographier la montagne : un siècle d’images des Pyrénées.

patchwork

Depuis plus d’une dizaine d’années, dans le cadre de la BIPT (banque d ‘image des Patrimoines et Territoires du laboratoire GEODE du CNRS) mais également dans le cadre de la photothèque de l’OHM (membre du consortium Imagéo) nous récupérons, traitons et valorisons des images du monde entier (90 000 fichiers), mais plus particulièrement des images des Pyrénées. Depuis les premiers clichés des ingénieurs des chantiers RTM (Restauration des Terrains en Montagne) à partir de 1870 jusqu’aux campagnes de terrain récentes nous avons pu constituer un panel d’images révélateur de la perception du milieu montagnard par les photographes (amateurs ou professionnels). Voici, à travers quelques clichés extraits de la banque d’image, une petite histoire de « l’image » du massif des Pyrénées.

C’est en 1898, qu’apparaît le « Pyrénéisme » sous la plume d’Henri Béraldi, mais la photo est née depuis 70 ans !  On considère que la première photographie des Pyrénées est réalisée par Paul Jeuffrain, en 1850, à Cauterets. Mais c’est Farnham Maxwell-Lyte qui va véritablement « inventer » la photographie dans les Pyrénées. Il est anglais, ingénieur chimiste et, à partir de 1853 s’installe à Pau, parmi une importante société anglaise où il rencontre un groupe de photographes. En 1854, il est un des fondateurs de la Société Française de Photographie et ses paysages pyrénéens lui valent une médaille d’argent à Bordeaux en 1859. Oui, il y avait déjà des concours photographiques en 1859 !

Au mitan du XIXe siècle, pour pouvoir faire des photos en montagne, il faut deux conditions : être photographe et être montagnard. Un homme va marquer à la fois la conquête des Pyrénées et les progrès de la photographie : Eugène Trutat. Il participe activement à l’exploration des Pyrénées, réalise des études sur les glaciers. Parallèlement il publie régulièrement des ouvrages techniques sur la photographie et… fonde le Muséum d’Histoire Naturelle Toulouse ! Il est l’auteur de près de 15 000 photographies. Parmi les précurseurs, de ces photographes qui ont bâti l’image des Pyrénées, citons également Maurice Gourdon, Félix Régnault, Bertrand de Lassus, Jean Lataste, Ludovic Gaurier, Georges Ledormeur, ou encore Chafré… Tous pyrénéistes convaincus, tous amateurs de sommets, tous regardant la montagne à travers l’œilleton de leurs appareils photos en cette fin du XIXe siècle. Mais que photographiaient-ils ? Quelle image de la montagne façonnaient-ils ?

Ascension de l'Aneto par les Beraldi père et fils – Trutat - 1900 - Plaque de verre - Fonds Muséum de Toulouse (BIPT)
Ascension de l’Aneto par les Beraldi père et fils – Trutat – 1900 – Plaque de verre – Fonds Muséum de Toulouse (BIPT)

Bien évidemment, les photographies correspondront d’abord au besoin d’immortaliser les exploits. Les photographes, tels des journalistes sportifs placeront leurs appareils le long d’une cordée difficile, mais aussi aux sommets. Peu à peu naitra l’art de la mise en scène photographique, mais également les trucages. Les participants, se font acteurs, les explorateurs comédiens.

Le matériel photographique est monté à dos d’homme. On improvise un pied suspendu à une corde au-dessus du vide. On développe directement au camp de base dans une tente de fortune en espérant que la plaque de verre aura survécu…  S’esquisse alors la première image des Pyrénées : une barrière hostile à conquérir.

Chantier RTM - Pyrénées centrales - 1898 - Fonds J.P. Métailié
Chantier RTM – Pyrénées centrales – 1898 – Fonds J.P. Métailié (BIPT)

Mais en ce milieu du XIXe siècle, le massif est exsangue du fait des surexploitations, des déboisements. Les catastrophes se succèdent. Dès 1841 les Ponts et Chaussées  instaurent de vastes opérations de reboisements, d’aménagements et mettent en place les chantiers de restauration des terrains de montagne (RTM). Les ingénieurs forestiers s’emparent de la photographie qui devient outil de témoignage. Les hommes des RTM vont photographier non seulement les chantiers, mais vont également assurer un suivi photographique des évolutions des paysages. Un formidable fonds photographique est créé, inaugurant la deuxième image des Pyrénées : un milieu vivant, fragile qu’il faut protéger, et ce, un siècle avant les mouvements environnementalistes !

Carte postale Labouche : Vicdessos - vue générale - vers 1910 - Fonds J.P. Métailié
Carte postale Labouche : Vicdessos – vue générale – vers 1910 – Fonds J.P. Métailié (BIPT)

La photographie va passer aux mains des éditeurs.  En 1889 : La carte postale représentant la tour Eiffel se vend à 300 000 exemplaires ! C’est le temps de la carte postale, le temps de se forger une idée pour ceux qui ne peuvent voyager. Et l’exotisme de la montagne, bien sûr, n’y échappe pas. Dans le Sud-Ouest naissent des grands noms de l’édition : CIM, Labouche…

Deux tendances se dessinent nettement dans l’image pyrénéenne véhiculée par les cartes postales du début du XXe siècle : Les montagnes, lieux de villégiature, de cure, de promenade, de tourisme, de retour aux sources (pas encore de ski) d’une part, et d’autre part, le massif  « bout du monde » un peu exotique, difficile, voire arriéré (c’est le temps où l’on exhibe « les bons sauvages », les pyrénéens en font partie !)

Carte postale : Série Les Pyrénées Ariégeoises - 946 - Types d'Ariégeois - Vallée de Suc - Vers 1900 - Fonds Cugullière -
Carte postale Labouche : Série Les Pyrénées Ariégeoises – 946 – Types d’Ariégeois – Vallée de Suc – Vers 1900 – Fonds Cugullière  (BIPT)

A partir de 1920 la carte postale subit un déclin important, dont elle ne se relèvera jamais, pour la simple raison que l’utilisation de l’appareil photographique se démocratise, se miniaturise, d’individualise. La carte postale gardera son rôle de moyen de correspondance, mais elle va perdre celui de témoin photographique. Que devient alors l’image des Pyrénées dans les fonds photographiques ? Elle va se multiplier, foisonner de messages qui, par sa structure même vont engendrer des symboles durables : La montagne c’est le froid, la neige, le ski, les loisirs ! La montagne, ce sont les sommets, les points de vue, la nature embrassée d’un regard ! Mais c’est aussi quantité de « clichés » qu’il faut véhiculer nécessairement : le chien de montagne, les petits villages endormis..

Carte postale : Goulier - Vers 1950 - Fonds Gilles Dejean
Carte postale : Goulier – Vers 1950 – Fonds Gilles Denjean (BIPT)

Désormais, les fonds « contemporains »  que nous pouvons acquérir ne montrent plus une seule image du Massif Pyrénéen, mais un véritable patchwork en fonction des objectifs et sensibilités des photographes. Une constante demeure cependant : grimper pour avoir le meilleur point de vue, le plus beau panorama. Grimper pour embrasser d’un seul regard, d’une seule image toute la montagne de Pyrène…

En savoir + :

 

Consortium Imageo

Le consortium « Cartes et photographies des géographes » rassemble les UMR ADESS, PRODIG, MIGRINTER, GEODE et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne. Il a été labellisé par la TGIR HUMA-NUM du CNRS. Il se donne deux missions principales : il s’agit d’une part de rendre disponibles des archives d’images géographiques, cartes et photographies, qui intéresseront les historiens de la discipline et les épistémologues en tant qu’héritage et patrimoine scientifique de la recherche en géographie et d’autre part d’archiver et rendre également accessibles les résultats et productions contemporaines de ces recherches. L’enjeu de ce consortium est en effet de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs ; ces ressources sont en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante. De nombreuses informations cartographiques ou photographiques anciennes, fort précieuses, ne sont pas utilisées par les chercheurs, n’étant disponibles qu’en format papier et en des lieux pas toujours bien identifiés. De plus, une part importante de ces images géographiques n’est paradoxalement pas géolocalisée ni même indexée selon des critères spatiaux au-delà du toponyme, ce qui les rend aujourd’hui peu exploitables. Rendre accessibles et utilisables des données géographiques auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance : cela permet de retranscrire l’évolution des représentations du monde d’une discipline scientifique particulière, en lien avec un contexte historique et social donné, mais aussi en terme de mise à disposition et d’archivage rapide des productions récentes de la recherche. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, en particulier les photographies produites par les chercheurs sur leurs terrains et les représentations qu’ils créent sous forme de cartes.