Archives par mot-clé : Géographie

Analyse comparative de métadonnées issues de données géographiques historiques et contemporaines sur La Réunion

Durant 2 mois, l’UMR Passages a accueilli Véronique Sermage pour un stage de fin d’études (DUT Information Numérique dans les organisations, Université Bordeaux Montaigne) dans le cadre d’une collaboration entre ImaGEO et le projet de recherche Géobs. L’objectif consistait à mener une analyse comparative de métadonnées issues d’une part de données historiques, celles de l’inventaire archivistique des collections du Centre d’Information Scientifique et Technique Regards sur l’île de La Réunion, et d’autre part, de données contemporaines produites sur cette même île, celles issues des géocatalogues étudiés par le projet Géobs.

Géobs est un projet de recherche, financé par la Nouvelle Aquitaine (2015-2017), coordonné par l’UMR Passages réalisé en collaboration avec des laboratoires de géographique (Prodig, LETG), informatique (LaBRI) et sciences de l’information et de la communication (MICA). Ce projet vise à analyser la gouvernance, le contenu et les usages des géoportails qui diffusent des données géographiques institutionnelles en France. 45 géoportails (16 nationaux et 29 régionaux) sont ainsi analysés à partir d’entretiens auprès de leurs promoteurs, d’enquête auprès des usagers et d’une exploration de leur contenu[1]. Cette dernière se fait, notamment, à partir de l’extraction et de l’analyse des métadonnées disponibles dans les géocatalogues associés à ses dispositifs (160.600 métadonnées en 2016). Sur La Réunion, le géoportail PEIGEO (figure 1) et les géoportails nationaux qui diffusent des données sur la métropole et l’outre-mer, ont permis de rassembler 3658 métadonnées.

Figure 1. Exemple de géoportail analysé : PEIGO (La Réunion)

Regards est le Centre d’Information Scientifique et Technique de l’UMR Passages, porteur du consortium ImaGEO. Sa collection de cartes sur l’île de La Réunion rassemble 222 pièces du 17ème au 20ème siècle, dont un atlas thématique. Ces cartes sont déposées dans Nakala, service de stockage et d’exposition de données de la TGIR Huma-Num (figure 2).

Figure 2. Exemple de métadonnées Regards analysées

Cinq éléments de comparaison entre les métadonnées issues du projet Géobs et celles en provenance du Centre Regards ont été retenus : les emprises spatiales, les échelles, les sources, les dates et les mots-clés.

 

Extraction des données

Dans le cadre du projet Géobs, une chaine de traitement (python) a été développée par Julie Pierson (UMR Passages) et Mathias Rouan (UMR LETG) pour extraire, à partir des services web de catalogage (CSW), les métadonnées des 45 géoportails étudiés et les intégrer dans une base de données PostgreSQL[2]. A partir de cette base de données, une seule requête SQL permet d’obtenir un fichier CSV avec les données de La Réunion.

Pour Regards  un fichier xml est généré par collection (10 pour La Réunion) grâce à des requêtes SPARQL sur Nakala.

Harmonisation des données

Les deux sources de données n’utilisent pas le même schéma de métadonnées : DCTerms pour Regards et ISO1915 pour Géobs. Pour les comparer il faut donc effectuer un  mapping (appariement) de données. La correspondance se fait par le biais de fichiers XSLT.  Les mots-clés et les sources ne nécessitent pas de traitements particuliers. Les dates doivent seulement être nettoyées, les deux sources de données suivant la norme ISO8601. Les échelles doivent être elles aussi nettoyées, car dans Géobs elles sont saisies dans un champ texte et sont donc hétérogènes  (1/25000, 1:25000, 25000). En revanche, les emprises ont été plus compliquées à gérer car si les valeurs étaient bien délimitées dans Géobs par une ligne distincte, dans Regards elles étaient saisies dans une seule même ligne :

Géobs

<maxx>55.88069561736391</maxx>
<maxy>-20.849230724786835</maxy>
<minx>55.17757061736392</minx>
<miny>-21.405174013556433</miny>

Regards

<binding name= »emprise »>
<literal datatype= »http://purl.org/dc/terms/Box« >northlimit=-21.3309; southlimit=-21.3715; westlimit=55.4544; eastlimit=55.5363</literal>
</binding>

La formalisation de Géobs a été retenue pour profiter des chaînes de traitement développées par le projet, en particulier pour représenter la couverture spatiale. Il a donc fallu séparer les valeurs des coordonnées de Regards sur plusieurs lignes distinctes, c’est la principale modification qui a été nécessaire pour veiller à rendre les métadonnées issues de ces deux sources comparables.

 

Analyse des données 

Différents traitements ont été réalisés ensuite pour analyser les données et effectuer ainsi les comparaisons.

Les échelles

Une discrétisation des échelles en quatre classes a permis d’affecter à chaque occurrence des différents corpus une valeur : grandes (inférieur au 10.000e), moyennes (10.000 < X < 25.000), petites (25.000 < X < 100.000) et très petites échelles (supérieur au 100.000e) et de constater ainsi des différences notables selon les corpus (figure 3). Proportionnellement, les données du Centre Regards proposent des représentations à grande échelle (60% de ce corpus) alors que près de la moitié des données de Géobs sont des données à petite échelle. Le Centre Regards dispose en effet d’un fonds essentiellement sur des thématiques foncières traitées à l’échelle de la parcelle ou des communes.

Figure 3. Comparaison des échelles des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les sources

L’analyse des sources des données (les contacts dans les métadonnées de Géobs) s’est opérée par des tableaux croisés dynamiques et donne là aussi une vision contrastée des deux ensembles étudiés (figure 4). Alors que les données de Géobs sont issues essentiellement des autorités publiques (État, collectivités, établissements publics), plus de la moitié des données du Centre Regards est issue de sources individuelles : des personnes morales, auteures de ces productions historiques mais qui dans la majorité des cas sont rattachés à un organisme public.

Figure 4. Comparaison des sources de données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

 

Les emprises spatiales

Pour visualiser une emprise, on a utilisé QGIS et un script créé par Julie Pierson (disponible sur GitHub) dans le cadre du projet Géobs permettant d’agréger, découper, compter les emprises pour les cartographier ensuite sous la forme de dégradés de couleurs. Cette cartographie de la couverture spatiale des données, permet notamment de mettre en exergue les zones les plus / moins densément couvertes (zone blanche et hotspot) grâce à une discrétisation qui isole les 10% les plus / les moins couverts (figure 5). Le différentiel entre le littoral et l’intérieur des terres est bien marqué sur les données anciennes.

 Figure 5. Comparaison des emprises spatiales des données présentes dans les corpus Regards et Géobs sur La Réunion

Conclusion

Ce travail exploratoire a permis de mener un travail d’analyse entre les différents schémas de métadonnées puis de comparer leurs contenus. Ce faisant, il offre des éléments de réflexions sur des corpus issus de contextes de production différents, au carrefour de la documentation et de la géomatique. Les différentiels de couverture spatiale, d’échelle ou encore de sources permettent de mettre en exergue des évolutions dans les modes de fabrique de l’information géographique.

Nous avions également souhaité comparer la couverture thématique des données en analysant les mots-clés. Cette analyse n’a pu être menée car les contenus des descripteurs thématiques suivent des logiques d’indexation différentes. En effet, dans les deux cas, les mots-clés sont choisis en fonction d’une norme : INSPIRE (via son thésaurus) pour Géobs et pour Regards le thésaurus thématique des systèmes d’information pour le développement. Alors que les métadonnées traitées par Géobs renvoient à des grands thèmes auxquels se rattachent l’ensemble des éléments de la base de données documentée, les descripteurs de Regards sont beaucoup plus fins : ils renvoient à l’ensemble des éléments cartographiés. Ils sont donc la plupart du temps similaires à l’ensemble des postes de légende et l’entrée thématique générale est au même niveau. Ainsi, à travers ce distinguo, on voit émerger deux cultures métier différentes : celle de la documentation qui va rechercher une indexation fine de l’ensemble des éléments décrits et celle de la géomatique qui se focalise davantage sur l’expression des thématiques générales. Néanmoins nous constatons que les conditions de réutilisation des données (licence, généalogie, etc.) sont une préoccupation présente dans les deux cultures métier. Ce faisant, on peut considérer qu’au même titre que les données, les pratiques liées aux traitements de ces données constituent de facto des objets de recherche potentiellement riche à analyser.

[1] L’article suivant donne un aperçu des premiers résultats du projet : http://www.mdpi.com/2220-9964/6/4/99

[2] La chaine de traitement est disponible sur : https://github.com/LETG/csw-harvester et une note méthodologique explique son fonctionnement : http://www-iuem.univ-brest.fr/pops/attachments/1142

Crédits : Veronique Sermage, Matthieu Noucher, Shadia Kilouchi, Caroline Abela

ImaGEO à la rencontre inter-consortiums Huma-Num

Le Consortium ImaGEO était présent à la réunion inter-consortiums qui s’est tenue le lundi 1er février 2016 à Paris. Il était représenté par Caroline Abela (centre REGARDS du laboratoire PASSAGES) et Julien Baudry (SCD de l’Université Bordeaux Montaigne). L’objectif de ce rendez-vous organisé de façon spontanée par les consortiums de la TGIR Huma-Num était de favoriser les rapprochements et les coopérations. Après une matinée consacrée à la présentation de chaque consortium présent, l’après-midi a vu la mise en place de quatre ateliers de travail sur des sujets transversaux : problèmes éthiques et juridiques, référentiels communs et interopérabilité, archivage pérenne, publication et valorisation. Le principal enseignement de la journée est que, même si chacun travaille sur des objets et des thèmes différents, de nombreux consortiums se rejoignent sur certaines problématiques de promotion et de concrétisation des Humanités Numériques.

L’approche choisie par les différents consortiums varie énormément : certains se concentrent sur un type de document ou une seule discipline, d’autres se veulent pluridisciplinaires et valorisent surtout des méthodologies de recherche communes. A cet égard, ImaGEO apparaît comme un consortium très spécialisé puisqu’il s’intéresse à un type de document spécifique (le document iconographique et cartographique) et à une discipline principale (la géographie).

En termes de positionnement, ImaGEO fait partie des consortiums de taille réduite : il regroupe à l’heure actuelle cinq acteurs (centres de documentation, bibliothèques, laboratoires…) là où certains consortiums atteignent plus de quarante membres. Il présente également la particularité de rassembler beaucoup de professionnels de l’IST ; il est d’ailleurs un des seuls à comprendre un Service Commun de Documentation parmi ses principaux acteurs. Enfin, il est le seul consortium, il est le seul à s’intéresser spécifiquement à la discipline géographique et au document cartographique.

Quel type de rapprochements laissent augurer pour ImaGEO les dialogues engagés lors de la réunion interconsortium ? Trois peuvent être envisagés.

 

Rapprochements disciplinaires :

Les problématiques géographiques d’ImaGEO rejoignent des questionnements de discipline connexes : sociologie, anthropologie Il possède plusieurs points communs disciplinaires avec le consortium Archives des ethnologues dont la place donnée à la documentation et le travail de numérisation, et plusieurs partenariats ont déjà été entrepris.

Les fonds d’archives concernés comprennent beaucoup de photographies. Le travail par « terrains » des ethnologues se rapproche des enjeux cartographiques et géographiques et les fonds traités par ImaGEO sont souvent des fonds d’archives de chercheurs. Ainsi, les deux consortiums partagent une forte dimension épistémologique autour de disciplines cousines. Pour cette raison, ImaGEO a répondu favorablement à la sollicitation de « Archives des ethnologues » pour le projet « Transcrire », autour de la transcription de carnets de terrain.

 

Rapprochements techniques et méthodologiques :

Numériser des fonds, les documenter et les diffuser : cet objectif du consortium ImaGEO est partagé par plusieurs des consortiums, et les rapprochements techniques et méthodologiques sont nombreux, à différentes échelles. Des actions ont déjà été entreprises en ce sens : ImaGEO a participé en 2014 à la réponse commune à l’appel à projet DARIAH avec les consortiums Archives des ethnologues, MASA et Musica, Archives des mondes contemporains, Archives des ethnologues et 3D s’intéressent au document iconographique, à sa diffusion et sa documentation : des expériences conjointes en la matière pourraient faire émerger des enjeux communs : l’un des buts d’ImaGEO est précisément de questionner la spécificité de l’image.

Sur le plan des outils et formats utilisés, ImaGEO est également intéressé par l‘expertise d’autres consortiums sur l’utilisation de logiciels comme Omeka, des formats DublinCore ou EAD… Il peut lui-même apporter une connaissance de ces outils et de la diffusion de données iconographiques via MediHAL.

A une échelle plus large, l’un des objectifs de la réunion inter-consortiums était de faire émerger des problématiques partagées. Parmi les ateliers proposés l’après-midi, la question des enjeux éthiques et juridiques fait partie du champ de questionnement d’ImaGEO qui, comme d’autres consortiums, participent à l’activité du blog Ethique et Droit en SHS. Le travail autour de l’archivage pérenne est celui qui intéresse le plus directement ImaGEO. En ce sens l’atelier « archivage pérenne » a permis de mettre en place des réflexions intéressantes.

 

Rapprochements géographiques :

La rencontre inter-consortium a également permis de mieux cartographier le périmètre géographique des différentes structures et d’identifier des partenariats possibles au niveau local, en termes de projets d’humanités numériques. Ainsi, sur le site bordelais, dont font partie deux des membres d’ImaGEO, le consortium 3D porté par le laboratoire bordelais Archeovision peut s’avérer être un partenaire intéressant : expertise sur l’image et sa reproduction, identification de « terrains » géolocalisables, etc…

 

Quel bilan ?

La spécificité disciplinaire et cartographique est certainement ce qui fait l’originalité d’ImaGEO dans le panorama des consortiums Huma-Num. A l’issue de la réunion inter-consortium, des contacts ont été pris ainsi que des rendez-vous pour des travaux prochains, particulièrement autour de la question de l’archivage pérenne. Il reste maintenant, pour ImaGEO, à pérenniser ces contacts, à la fois pour les travaux en cours et pour l’échéance prochaine du renouvellement du consortium, avec une possible ouverture à d’autres laboratoires et d’autres partenariats.

Consortium Imageo

Le consortium « Cartes et photographies des géographes » rassemble les UMR ADESS, PRODIG, MIGRINTER, GEODE et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne. Il a été labellisé par la TGIR HUMA-NUM du CNRS. Il se donne deux missions principales : il s’agit d’une part de rendre disponibles des archives d’images géographiques, cartes et photographies, qui intéresseront les historiens de la discipline et les épistémologues en tant qu’héritage et patrimoine scientifique de la recherche en géographie et d’autre part d’archiver et rendre également accessibles les résultats et productions contemporaines de ces recherches. L’enjeu de ce consortium est en effet de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs ; ces ressources sont en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante. De nombreuses informations cartographiques ou photographiques anciennes, fort précieuses, ne sont pas utilisées par les chercheurs, n’étant disponibles qu’en format papier et en des lieux pas toujours bien identifiés. De plus, une part importante de ces images géographiques n’est paradoxalement pas géolocalisée ni même indexée selon des critères spatiaux au-delà du toponyme, ce qui les rend aujourd’hui peu exploitables. Rendre accessibles et utilisables des données géographiques auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance : cela permet de retranscrire l’évolution des représentations du monde d’une discipline scientifique particulière, en lien avec un contexte historique et social donné, mais aussi en terme de mise à disposition et d’archivage rapide des productions récentes de la recherche. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, en particulier les photographies produites par les chercheurs sur leurs terrains et les représentations qu’ils créent sous forme de cartes.