Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle

mcmo20160517ImaGEO est présent dans le cadre d’une exposition de cartes qui se tient actuellement à la Maison des Suds (campus de Pessac, Bordeaux). Conçue par Matthieu Noucher, qui en est le commissaire, elle rassemble des tableaux de comparaison des montagnes et des rivières du 19ème siècle de deux fonds différents : des documents originaux de la cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne et des reproductions numériques de cartes issues de la collection de David Rumsey.

A3 affiche Imageo 250ImaGEO y propose un poster afin de présenter ses activités, le traitement des images géographiques et les méthodologies suivies. Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un atelier transversal de l’UMR Passages « Mise en ligne, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace », qui s’est tenu le 17 mai dernier sur le thème « Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle ».

Voici un bref résumé des interventions :

Gilles Palsky, Université de Paris 1 – Pantheon Sorbonne « Le démon de la comparaison. Les planches comparatives de montagnes et de fleuves dans la géographie du 19eme siècle ».

Gilles Palsky s‘est tout d’abord intéressé aux origines historiques de ces planches comparatives. Après un premier tableau comparatif de Pasumot en 1783 (table des principales montagnes en Amérique, en France et dans les Alpes), les premiers modèles de tableau apparaissent au début du 19ème siècle (1806 et 1807) et auront ensuite un succès populaire.

Puis Gilles Palsky a proposé une approche épistémologique. Comment comprendre ce succès ? Ces tableaux relèvent de plusieurs projets distincts : un projet comparatif et statistique (la plus grande hauteur, etc.) dans l’idée de rendre le monde plus lisible, mais aussi un projet qui relève de la conquête du vertical (inventaire du monde, observation de lois physiques, de la hauteur), ou qui relève encore de l’esthétique du paysage, du spectacle de la nature. Ces tableaux participent d’une culture visuelle qui se développe au 19ème siècle, d’une expression de la nouvelle géographie scientifique.

Ces tableaux se sont ensuite diffusés en se diversifiant : diversification des objets (montagnes, rivières, lacs, chutes d’eau, monuments), diversification des échelles (le monde, la région). La dimension décorative et pittoresque s’accentue et le sens scientifique se perd. Ils participent ainsi de plus en plus d’une culture populaire et sont présents dans des ouvrages pédagogiques dans un objectif de géographie descriptive.

Peu à peu d’autres modes de représentations (dont la photographie) vont remplacer ces représentations sous forme de tableaux. Le genre ne s’éteint pas totalement pour autant, jusqu’à aujourd’hui. La vue synoptique perdure pour un public qui en reste friand, elle est toujours un élément de la culture populaire même si elle a perdu son caractère scientifique.

lemondesurunefeuille

Bailly, Jean-Christophe ; Besse, Jean-Marc ; Palsky, Gilles. Le monde sur une feuille : les tableaux comparatifs de montagnes et de fleuves dans les atlas du XIXe siècle. Lyon : Fage éd, 2014. 203 p.

W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.
W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.

Baptiste Hautdidier (IRSTEA). « Le tableau comparatif des montagnes et rivières. Émuler pour comprendre, créer, critiquer ».

Baptiste Hautdidier s’est intéressé à ces formes de représentations suite à un travail dans le cadre d’un projet ANR Adapt’Eau (qui s’interroge en Gironde, autour de la Garonne, sur les grandes tendances dans l‘évolution des usages et occupations du sol, sur les relations des collectivités locales au fleuve et sur les conceptions des espaces riverains du fleuve par les habitants). Comment représenter le continuum fluvial de façon cartographique ? Il s’est alors intéressé aux tableaux comparatifs de fleuves, notamment à ceux disponibles sur le site de David Rumsey.

Il en déduit que la représentation du continuum fluvial nécessite une transformation. Il utilise alors des méthodes de déformation caoutchoutée et les outils SIG, ce qui l’amène à produire un tableau comparatif de 17 fleuves. Des questions méthodologiques se posent : comment mesurer la longueur d’un fleuve, comment les ordonner, comment localiser les sources ? Les classements évoluent grandement entre 1823 et 2014. Baptiste Hautdidier s’intéresse aux formes de représentations pour lesquelles la linéarité des éléments est très marquée et dépendent du médium.

Selon lui, quand on crée des tableaux comparatifs il y a des choix et arbitrages importants à effectuer, cela implique une complémentarité avec la version « bassin versant » et d’être dans une posture de « mapmaker » (de « bricolage ») qui n’est pas anodine.

Lecture :

Hautdidier B. “The comparative tableau of mountains & rivers : emulation and re-appraisal of a popular XIXth century visualization design”, Environment and Planning A, 2015.

L’exposition sera visible dans le hall de la Maison des Suds jusqu’à la fin du mois de mai.

Adresse : 12 Esplanade des Antilles, 33600 Pessac.

 

Photographier la montagne : un siècle d’images des Pyrénées.

patchwork

Depuis plus d’une dizaine d’années, dans le cadre de la BIPT (banque d ‘image des Patrimoines et Territoires du laboratoire GEODE du CNRS) mais également dans le cadre de la photothèque de l’OHM (membre du consortium Imagéo) nous récupérons, traitons et valorisons des images du monde entier (90 000 fichiers), mais plus particulièrement des images des Pyrénées. Depuis les premiers clichés des ingénieurs des chantiers RTM (Restauration des Terrains en Montagne) à partir de 1870 jusqu’aux campagnes de terrain récentes nous avons pu constituer un panel d’images révélateur de la perception du milieu montagnard par les photographes (amateurs ou professionnels). Voici, à travers quelques clichés extraits de la banque d’image, une petite histoire de « l’image » du massif des Pyrénées.

C’est en 1898, qu’apparaît le « Pyrénéisme » sous la plume d’Henri Béraldi, mais la photo est née depuis 70 ans !  On considère que la première photographie des Pyrénées est réalisée par Paul Jeuffrain, en 1850, à Cauterets. Mais c’est Farnham Maxwell-Lyte qui va véritablement « inventer » la photographie dans les Pyrénées. Il est anglais, ingénieur chimiste et, à partir de 1853 s’installe à Pau, parmi une importante société anglaise où il rencontre un groupe de photographes. En 1854, il est un des fondateurs de la Société Française de Photographie et ses paysages pyrénéens lui valent une médaille d’argent à Bordeaux en 1859. Oui, il y avait déjà des concours photographiques en 1859 !

Au mitan du XIXe siècle, pour pouvoir faire des photos en montagne, il faut deux conditions : être photographe et être montagnard. Un homme va marquer à la fois la conquête des Pyrénées et les progrès de la photographie : Eugène Trutat. Il participe activement à l’exploration des Pyrénées, réalise des études sur les glaciers. Parallèlement il publie régulièrement des ouvrages techniques sur la photographie et… fonde le Muséum d’Histoire Naturelle Toulouse ! Il est l’auteur de près de 15 000 photographies. Parmi les précurseurs, de ces photographes qui ont bâti l’image des Pyrénées, citons également Maurice Gourdon, Félix Régnault, Bertrand de Lassus, Jean Lataste, Ludovic Gaurier, Georges Ledormeur, ou encore Chafré… Tous pyrénéistes convaincus, tous amateurs de sommets, tous regardant la montagne à travers l’œilleton de leurs appareils photos en cette fin du XIXe siècle. Mais que photographiaient-ils ? Quelle image de la montagne façonnaient-ils ?

Ascension de l'Aneto par les Beraldi père et fils – Trutat - 1900 - Plaque de verre - Fonds Muséum de Toulouse (BIPT)
Ascension de l’Aneto par les Beraldi père et fils – Trutat – 1900 – Plaque de verre – Fonds Muséum de Toulouse (BIPT)

Bien évidemment, les photographies correspondront d’abord au besoin d’immortaliser les exploits. Les photographes, tels des journalistes sportifs placeront leurs appareils le long d’une cordée difficile, mais aussi aux sommets. Peu à peu naitra l’art de la mise en scène photographique, mais également les trucages. Les participants, se font acteurs, les explorateurs comédiens.

Le matériel photographique est monté à dos d’homme. On improvise un pied suspendu à une corde au-dessus du vide. On développe directement au camp de base dans une tente de fortune en espérant que la plaque de verre aura survécu…  S’esquisse alors la première image des Pyrénées : une barrière hostile à conquérir.

Chantier RTM - Pyrénées centrales - 1898 - Fonds J.P. Métailié
Chantier RTM – Pyrénées centrales – 1898 – Fonds J.P. Métailié (BIPT)

Mais en ce milieu du XIXe siècle, le massif est exsangue du fait des surexploitations, des déboisements. Les catastrophes se succèdent. Dès 1841 les Ponts et Chaussées  instaurent de vastes opérations de reboisements, d’aménagements et mettent en place les chantiers de restauration des terrains de montagne (RTM). Les ingénieurs forestiers s’emparent de la photographie qui devient outil de témoignage. Les hommes des RTM vont photographier non seulement les chantiers, mais vont également assurer un suivi photographique des évolutions des paysages. Un formidable fonds photographique est créé, inaugurant la deuxième image des Pyrénées : un milieu vivant, fragile qu’il faut protéger, et ce, un siècle avant les mouvements environnementalistes !

Carte postale Labouche : Vicdessos - vue générale - vers 1910 - Fonds J.P. Métailié
Carte postale Labouche : Vicdessos – vue générale – vers 1910 – Fonds J.P. Métailié (BIPT)

La photographie va passer aux mains des éditeurs.  En 1889 : La carte postale représentant la tour Eiffel se vend à 300 000 exemplaires ! C’est le temps de la carte postale, le temps de se forger une idée pour ceux qui ne peuvent voyager. Et l’exotisme de la montagne, bien sûr, n’y échappe pas. Dans le Sud-Ouest naissent des grands noms de l’édition : CIM, Labouche…

Deux tendances se dessinent nettement dans l’image pyrénéenne véhiculée par les cartes postales du début du XXe siècle : Les montagnes, lieux de villégiature, de cure, de promenade, de tourisme, de retour aux sources (pas encore de ski) d’une part, et d’autre part, le massif  « bout du monde » un peu exotique, difficile, voire arriéré (c’est le temps où l’on exhibe « les bons sauvages », les pyrénéens en font partie !)

Carte postale : Série Les Pyrénées Ariégeoises - 946 - Types d'Ariégeois - Vallée de Suc - Vers 1900 - Fonds Cugullière -
Carte postale Labouche : Série Les Pyrénées Ariégeoises – 946 – Types d’Ariégeois – Vallée de Suc – Vers 1900 – Fonds Cugullière  (BIPT)

A partir de 1920 la carte postale subit un déclin important, dont elle ne se relèvera jamais, pour la simple raison que l’utilisation de l’appareil photographique se démocratise, se miniaturise, d’individualise. La carte postale gardera son rôle de moyen de correspondance, mais elle va perdre celui de témoin photographique. Que devient alors l’image des Pyrénées dans les fonds photographiques ? Elle va se multiplier, foisonner de messages qui, par sa structure même vont engendrer des symboles durables : La montagne c’est le froid, la neige, le ski, les loisirs ! La montagne, ce sont les sommets, les points de vue, la nature embrassée d’un regard ! Mais c’est aussi quantité de « clichés » qu’il faut véhiculer nécessairement : le chien de montagne, les petits villages endormis..

Carte postale : Goulier - Vers 1950 - Fonds Gilles Dejean
Carte postale : Goulier – Vers 1950 – Fonds Gilles Denjean (BIPT)

Désormais, les fonds « contemporains »  que nous pouvons acquérir ne montrent plus une seule image du Massif Pyrénéen, mais un véritable patchwork en fonction des objectifs et sensibilités des photographes. Une constante demeure cependant : grimper pour avoir le meilleur point de vue, le plus beau panorama. Grimper pour embrasser d’un seul regard, d’une seule image toute la montagne de Pyrène…

En savoir + :

 

Exposition : « Madagascar – Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui »

Exposition : « Madagascar – Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui »

Du 12 au 21 novembre 2015 a eu lieu, à l’Alliance Française de Diego Suarez (Madagascar), une exposition intitulée « Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui, Diego Suarez et sa baie, vues d’en haut ». Xavier Amelot, enseignant-chercheur à l’Université Bordeaux Montaigne et membre de l’équipe de recherche PASSAGES (UMR  5319 CNRS), était le commissaire scientifique de cet évènement organisé en partenariat avec Victor Mahazoasy, président  de l’association locale Ambre pour la préservation du patrimoine historique et environnemental de la région Diana.

xamelot1-ambre
L’association locale Ambre, partenaire de l’exposition

Deux membres du consortium ImaGEO ont également participé à la réalisation de cette exposition : le Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Montaigne et le Centre d’Information Scientifique et Technique REGARDS de l’UMR PASSAGES. Des reproductions de cartes contemporaines et anciennes, issues des fonds patrimoniaux de ces deux membres d’ImaGEO, ont ainsi pu être présentées, pour certaines d’entre-elles pour la première fois, à Madagascar.

Interroger la cartographie d’une île

xamelot3_antsirane-scd
1912 – Service géographique de Madagascar – 1/10 000 – Cartothèque du Département de Géographie, Service Commun de Documentation, Université Bordeaux Montaigne

Cette manifestation  était également inscrite dans le cadre de l’année internationale de la cartographie et s’est appuyée sur  l’accord de coopération international qui lie l’Université Bordeaux Montaigne et l’Université Nord Madagascar d’Antsiranana (Diego-Suarez). Xavier Amelot, géographe de l’environnement, spécialiste d’information géographique numérique (géomatique) est le principal artisan de cette exposition qui s’est tenue dans le grand hall de l’ancien marché couvert du centre historique de Diego-Suarez, siège de l’Alliance Française d’Antsiranana. Il a réalisé les posters et les commentaires de plus d’une trentaine de reproductions de cartes, de la fin du XIXe siècle à nos jours, pour la plupart issues des fonds du Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Montaigne et du centre REGARDS de l’UMR PASSAGES.

En marge de l’exposition ont eu lieu plusieurs évènements : une conférence-débat donnée par Xavier Amelot portant sur les enjeux de la cartographie à Madagascar, des ateliers pour les écoliers locaux, projection de films documentaires… Le but de ces évènements était de donner à voir et d’interroger la cartographie de l’île de Madagascar : son histoire, sa variété, et ce qu’elle dit du rapport de l’homme à son territoire. Comme l’indique la présentation de l’exposition : « La cartographie obéit à des règles ; c’est à la fois une technique et un art. C’est aussi un instrument de pouvoir qui exprime la vision du monde de son auteur ou de son commanditaire. (…) La diversité des cartes nous donnent à voir la diversité du monde des hommes.».

Conserver et diffuser le savoir géographique : les missions d’ImaGEO

Quel rôle a jouté le consortium ImaGEO ? Partenaires de l’exposition côté bordelais, la Cartothèque du SCD de l’Université Bordeaux Montaigne et le Centre d’Information Scientifique et Technique  REGARDS se sont chargés de la reproduction et de la fourniture de près de la moitié des cartes exposées. En effet, ces deux centres de documentation universitaires conservent un nombre important de cartes des pays du Sud, en lien avec les spécialisations passées et actuelles de la recherche géographique bordelaise. Dans le cas des cartes de Madagascar, il s’agit principalement de deux types de cartes : des cartes anciennes datant de la période coloniale dressée par les autorités françaises ; des cartes conçues plus récemment par des chercheurs géographes. Ces documents sont régulièrement utilisés à des fins de recherche, notamment dans le cadre de travaux d’étudiants en master et en doctorat. En somme, l’exposition met en rapport des objets de recherche et des données de recherche, réunissant ainsi des documents au service du questionnement scientifique et de la diffusion des connaissances dans un pays où l’accès à l’information scientifique est extrêmement difficile.

L’identification de ces cartes dans des portails comme AOMS et 1886 est un enjeu considérable pour ces pays. Elle permet de sélectionner, dans le cadre d’une exposition comme celle-ci, les documents à reproduire. La politique de numérisation, entreprise dans le cadre du consortium ImaGEO depuis 2013, permet d’en obtenir facilement des reproductions de grande qualité (numérisation à 400 ou 600 dpi), nécessaire pour les grands formats des posters (A1 et A0). Pour des documents de grande taille comme les cartes, et spécifiquement pour des cartes anciennes ne pouvant pas être transportées sans risque sur de longues distances, la dématérialisation du patrimoine documentaire permet d’en multiplier les représentations, notamment à destination des pays cartographiés.

xamelot2-aoms
Sur AOMS : visualisation géographique des cartes (accès sur authentification).

 

Quels liens à l’international ?

Si cette exposition permet de mettre en avant le travail de valorisation du document cartographique réalisé grâce au consortium ImaGEO, elle pose aussi la question de la visibilité internationale de fonds documentaires dédiés à des pays étrangers.

Comme l’explique Xavier Amelot, l’un des intérêts de l’exposition était de partager des connaissances cartographiques parfois lacunaires : « La plupart des cartes topographiques disponibles à la vente à Madagascar en 2015 n’ont pas été réactualisées depuis plus de 50 ans. ». L’actualisation de ces connaissances est essentielle pour des recherches environnementales, et plus encore la possibilité de comparer des situations dans le temps long. Il se trouve donc un intérêt actuel, autour d’enjeux locaux, à valoriser des fonds documentaires de cartes conservés en France et, surtout, à la diffuser sur le Web. Une des conditions essentielles est d’assurer une diffusion libre, sans barrière d’accès, ce qui est le cas des cartes anciennes de plus de 70 ans.

xamelot4_antsirane-regards
1935 – Service géographique de Madagascar – 1/2 000 – Centre de documentation REGARDS, UMR 5185 ADESS

Au-delà même des cartes, les membres d’ImaGEO se posent la question du « retour au pays » des documents scientifiques gérés dans le cadre du consortium, assurant ainsi une forme de restitution. La mise en ligne est une première réponse, mais des actions plus ponctuelles peuvent aussi permettre de faire connaître, à l’étranger, l’existence de fonds qui, pour être issus de la recherche française en géographie, n’en gardent pas moins un intérêt au-delà de la communauté scientifique nationale. Une piste intéressante pour des projets futurs…

ImaGEO à la rencontre inter-consortiums Huma-Num

Le Consortium ImaGEO était présent à la réunion inter-consortiums qui s’est tenue le lundi 1er février 2016 à Paris. Il était représenté par Caroline Abela (centre REGARDS du laboratoire PASSAGES) et Julien Baudry (SCD de l’Université Bordeaux Montaigne). L’objectif de ce rendez-vous organisé de façon spontanée par les consortiums de la TGIR HumaNum était de favoriser les rapprochements et les coopérations. Après une matinée consacrée à la présentation de chaque consortium présent, l’après-midi a vu la mise en place de quatre ateliers de travail sur des sujets transversaux : problèmes éthiques et juridiques, référentiels communs et interopérabilité, archivage pérenne, publication et valorisation. Le principal enseignement de la journée est que, même si chacun travaille sur des objets et des thèmes différents, de nombreux consortiums se rejoignent sur certaines problématiques de promotion et de concrétisation des Humanités Numériques.

L’approche choisie par les différents consortiums varie énormément : certains se concentrent sur un type de document ou une seule discipline, d’autres se veulent pluridisciplinaires et valorisent surtout des méthodologies de recherche communes. A cet égard, ImaGEO apparaît comme un consortium très spécialisé puisqu’il s’intéresse à un type de document spécifique (le document iconographique et cartographique) et à une discipline principale (la géographie).

En termes de positionnement, ImaGEO fait partie des consortiums de taille réduite : il regroupe à l’heure actuelle cinq acteurs (centres de documentation, bibliothèques, laboratoires…) là où certains consortiums atteignent plus de quarante membres. Il présente également la particularité de rassembler beaucoup de professionnels de l’IST ; il est d’ailleurs un des seuls à comprendre un Service Commun de Documentation parmi ses principaux acteurs. Enfin, il est le seul consortium, il est le seul à s’intéresser spécifiquement à la discipline géographique et au document cartographique.

Quel type de rapprochements laissent augurer pour ImaGEO les dialogues engagés lors de la réunion interconsortium ? Trois peuvent être envisagés.

 

Rapprochements disciplinaires :

Les problématiques géographiques d’ImaGEO rejoignent des questionnements de discipline connexes : sociologie, anthropologie Il possède plusieurs points communs disciplinaires avec le consortium Archives des ethnologues dont la place donnée à la documentation et le travail de numérisation, et plusieurs partenariats ont déjà été entrepris.

Les fonds d’archives concernés comprennent beaucoup de photographies. Le travail par « terrains » des ethnologues se rapproche des enjeux cartographiques et géographiques et les fonds traités par ImaGEO sont souvent des fonds d’archives de chercheurs. Ainsi, les deux consortiums partagent une forte dimension épistémologique autour de disciplines cousines. Pour cette raison, ImaGEO a répondu favorablement à la sollicitation de « Archives des ethnologues » pour le projet « Transcrire », autour de la transcription de carnets de terrain.

 

Rapprochements techniques et méthodologiques :

Numériser des fonds, les documenter et les diffuser : cet objectif du consortium ImaGEO est partagé par plusieurs des consortiums, et les rapprochements techniques et méthodologiques sont nombreux, à différentes échelles. Des actions ont déjà été entreprises en ce sens : ImaGEO a participé en 2014 à la réponse commune à l’appel à projet DARIAH avec les consortiums Archives des ethnologues, MASA et Musica, Archives des mondes contemporains, Archives des ethnologues et 3D s’intéressent au document iconographique, à sa diffusion et sa documentation : des expériences conjointes en la matière pourraient faire émerger des enjeux communs : l’un des buts d’ImaGEO est précisément de questionner la spécificité de l’image.

Sur le plan des outils et formats utilisés, ImaGEO est également intéressé par l‘expertise d’autres consortiums sur l’utilisation de logiciels comme Omeka, des formats DublinCore ou EAD… Il peut lui-même apporter une connaissance de ces outils et de la diffusion de données iconographiques via MediHAL.

A une échelle plus large, l’un des objectifs de la réunion inter-consortiums était de faire émerger des problématiques partagées. Parmi les ateliers proposés l’après-midi, la question des enjeux éthiques et juridiques fait partie du champ de questionnement d’ImaGEO qui, comme d’autres consortiums, participent à l’activité du blog Ethique et Droit en SHS. Le travail autour de l’archivage pérenne est celui qui intéresse le plus directement ImaGEO. En ce sens l’atelier « archivage pérenne » a permis de mettre en place des réflexions intéressantes.

 

Rapprochements géographiques :

La rencontre inter-consortium a également permis de mieux cartographier le périmètre géographique des différentes structures et d’identifier des partenariats possibles au niveau local, en termes de projets d’humanités numériques. Ainsi, sur le site bordelais, dont font partie deux des membres d’ImaGEO, le consortium 3D porté par le laboratoire bordelais Archeovision peut s’avérer être un partenaire intéressant : expertise sur l’image et sa reproduction, identification de « terrains » géolocalisables, etc…

 

Quel bilan ?

La spécificité disciplinaire et cartographique est certainement ce qui fait l’originalité d’ImaGEO dans le panorama des consortiums HumaNum. A l’issue de la réunion inter-consortium, des contacts ont été pris ainsi que des rendez-vous pour des travaux prochains, particulièrement autour de la question de l’archivage pérenne. Il reste maintenant, pour ImaGEO, à pérenniser ces contacts, à la fois pour les travaux en cours et pour l’échéance prochaine du renouvellement du consortium, avec une possible ouverture à d’autres laboratoires et d’autres partenariats.

Journée d’étude d’ImaGEO

Le consortium ImaGEO organise une journée d’étude sur « La sémantique de l’image. Traitement et analyse », le jeudi 10 décembre, de 10h à 17h, à l’université Paris Diderot, Paris 13e, bâtiment Lavoisier, salle 106 (plan).

Quels enjeux autour de la sémantique des images ? Quelles techniques d’interprétation sémantique pour classer et indexer ? Lors de cette journée d’étude, nous vous proposons de réfléchir et de discuter de la reconnaissance visuelle, de l’indexation automatique des images ou encore de la fouille dans des bases d’images, et plus largement des apports de ces différentes méthodes pour les images des géographes.

9h30 Accueil

10h00 Présentation du consortium ImaGÉO et de la journée

10h15 Y. CHAHIR, Laboratoire GREYC, Caen – Caractérisation et indexation des images ou du contenu visuel

11h00 M. CORD, Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (LIP6), Paris – Reconnaissance automatique de symboles dans les cartes de Cassini (ANR Géopeuple)

11h45 C. RIGAUD, Laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i), La Rochelle – Analyse et indexation d’images de bandes dessinées

14h00 L. YOUNES, CentraleSupélec, Rennes – Reconstruction spatio-temporelle de bâtiments à partir de documents anciens

14h45 H. MAÎTRE, Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech – Bases de données d’images satellitaires à haute résolution

15h30 B LABBÉ et B. LE BONHOMME, Laboratoire Vision et Ingénierie des Contenus, CEA – La plateforme ELISE : indexation et recherche d’image sémantique

16h15 D. PICARD, Ecole nat. sup. de l’électronique et de ses applications (ENSEA), Cergy – Annotation semi-automatique des images patrimoniales

Localisation : Bâtiment Lavoisier, 15-17 rue Jean Antoine de Baïf, 75013 Paris  (Bâtiment n°8).
RER C et Métro ligne 14 arrêt Bibliothèque F. Mitterrand
Contrôle des sacs à l’entrée du bâtiment. Se munir d’une pièce d’identité.
Pour tout renseignement : malika.madelin@univ-paris-diderot.fr

Crédits photographiques : Emmanuel De Martonne. Ca 1930. France : Normandie : Cotentin : Basse-Normandie : Manche : Vue de la baie d’Ecalgrain depuis les hautes falaises de Jobourg. UMR 8586 Prodig. https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01134933

 

Consortium Imageo

Le consortium « Cartes et photographies des géographes » rassemble les UMR ADESS, PRODIG, MIGRINTER, GEODE et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne. Il a été labellisé par la TGIR HUMA-NUM du CNRS. Il se donne deux missions principales : il s’agit d’une part de rendre disponibles des archives d’images géographiques, cartes et photographies, qui intéresseront les historiens de la discipline et les épistémologues en tant qu’héritage et patrimoine scientifique de la recherche en géographie et d’autre part d’archiver et rendre également accessibles les résultats et productions contemporaines de ces recherches. L’enjeu de ce consortium est en effet de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses qui constituent des fonds de laboratoires de recherche ou de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs ; ces ressources sont en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante. De nombreuses informations cartographiques ou photographiques anciennes, fort précieuses, ne sont pas utilisées par les chercheurs, n’étant disponibles qu’en format papier et en des lieux pas toujours bien identifiés. De plus, une part importante de ces images géographiques n’est paradoxalement pas géolocalisée ni même indexée selon des critères spatiaux au-delà du toponyme, ce qui les rend aujourd’hui peu exploitables. Rendre accessibles et utilisables des données géographiques auprès d’une large communauté de chercheurs, en géographie et plus largement en sciences humaines et sociales, constitue un enjeu essentiel en terme de sauvegarde patrimoniale d’une mémoire de la connaissance : cela permet de retranscrire l’évolution des représentations du monde d’une discipline scientifique particulière, en lien avec un contexte historique et social donné, mais aussi en terme de mise à disposition et d’archivage rapide des productions récentes de la recherche. Il est ainsi nécessaire de généraliser l’accès de nouveaux fonds pertinents et d’améliorer la diffusion des images géographiques, en particulier les photographies produites par les chercheurs sur leurs terrains et les représentations qu’ils créent sous forme de cartes.

Images des géographes : cartes et photographies