ImaGEO à la rencontre inter-consortiums Huma-Num

Le Consortium ImaGEO était présent à la réunion inter-consortiums qui s’est tenue le lundi 1er février 2016 à Paris. Il était représenté par Caroline Abela (centre REGARDS du laboratoire PASSAGES) et Julien Baudry (SCD de l’Université Bordeaux Montaigne). L’objectif de ce rendez-vous organisé de façon spontanée par les consortiums de la TGIR HumaNum était de favoriser les rapprochements et les coopérations. Après une matinée consacrée à la présentation de chaque consortium présent, l’après-midi a vu la mise en place de quatre ateliers de travail sur des sujets transversaux : problèmes éthiques et juridiques, référentiels communs et interopérabilité, archivage pérenne, publication et valorisation. Le principal enseignement de la journée est que, même si chacun travaille sur des objets et des thèmes différents, de nombreux consortiums se rejoignent sur certaines problématiques de promotion et de concrétisation des Humanités Numériques.

L’approche choisie par les différents consortiums varie énormément : certains se concentrent sur un type de document ou une seule discipline, d’autres se veulent pluridisciplinaires et valorisent surtout des méthodologies de recherche communes. A cet égard, ImaGEO apparaît comme un consortium très spécialisé puisqu’il s’intéresse à un type de document spécifique (le document iconographique et cartographique) et à une discipline principale (la géographie).

En termes de positionnement, ImaGEO fait partie des consortiums de taille réduite : il regroupe à l’heure actuelle cinq acteurs (centres de documentation, bibliothèques, laboratoires…) là où certains consortiums atteignent plus de quarante membres. Il présente également la particularité de rassembler beaucoup de professionnels de l’IST ; il est d’ailleurs un des seuls à comprendre un Service Commun de Documentation parmi ses principaux acteurs. Enfin, il est le seul consortium, il est le seul à s’intéresser spécifiquement à la discipline géographique et au document cartographique.

Quel type de rapprochements laissent augurer pour ImaGEO les dialogues engagés lors de la réunion interconsortium ? Trois peuvent être envisagés.

 

Rapprochements disciplinaires :

Les problématiques géographiques d’ImaGEO rejoignent des questionnements de discipline connexes : sociologie, anthropologie Il possède plusieurs points communs disciplinaires avec le consortium Archives des ethnologues dont la place donnée à la documentation et le travail de numérisation, et plusieurs partenariats ont déjà été entrepris.

Les fonds d’archives concernés comprennent beaucoup de photographies. Le travail par « terrains » des ethnologues se rapproche des enjeux cartographiques et géographiques et les fonds traités par ImaGEO sont souvent des fonds d’archives de chercheurs. Ainsi, les deux consortiums partagent une forte dimension épistémologique autour de disciplines cousines. Pour cette raison, ImaGEO a répondu favorablement à la sollicitation de « Archives des ethnologues » pour le projet « Transcrire », autour de la transcription de carnets de terrain.

 

Rapprochements techniques et méthodologiques :

Numériser des fonds, les documenter et les diffuser : cet objectif du consortium ImaGEO est partagé par plusieurs des consortiums, et les rapprochements techniques et méthodologiques sont nombreux, à différentes échelles. Des actions ont déjà été entreprises en ce sens : ImaGEO a participé en 2014 à la réponse commune à l’appel à projet DARIAH avec les consortiums Archives des ethnologues, MASA et Musica, Archives des mondes contemporains, Archives des ethnologues et 3D s’intéressent au document iconographique, à sa diffusion et sa documentation : des expériences conjointes en la matière pourraient faire émerger des enjeux communs : l’un des buts d’ImaGEO est précisément de questionner la spécificité de l’image.

Sur le plan des outils et formats utilisés, ImaGEO est également intéressé par l‘expertise d’autres consortiums sur l’utilisation de logiciels comme Omeka, des formats DublinCore ou EAD… Il peut lui-même apporter une connaissance de ces outils et de la diffusion de données iconographiques via MediHAL.

A une échelle plus large, l’un des objectifs de la réunion inter-consortiums était de faire émerger des problématiques partagées. Parmi les ateliers proposés l’après-midi, la question des enjeux éthiques et juridiques fait partie du champ de questionnement d’ImaGEO qui, comme d’autres consortiums, participent à l’activité du blog Ethique et Droit en SHS. Le travail autour de l’archivage pérenne est celui qui intéresse le plus directement ImaGEO. En ce sens l’atelier « archivage pérenne » a permis de mettre en place des réflexions intéressantes.

 

Rapprochements géographiques :

La rencontre inter-consortium a également permis de mieux cartographier le périmètre géographique des différentes structures et d’identifier des partenariats possibles au niveau local, en termes de projets d’humanités numériques. Ainsi, sur le site bordelais, dont font partie deux des membres d’ImaGEO, le consortium 3D porté par le laboratoire bordelais Archeovision peut s’avérer être un partenaire intéressant : expertise sur l’image et sa reproduction, identification de « terrains » géolocalisables, etc…

 

Quel bilan ?

La spécificité disciplinaire et cartographique est certainement ce qui fait l’originalité d’ImaGEO dans le panorama des consortiums HumaNum. A l’issue de la réunion inter-consortium, des contacts ont été pris ainsi que des rendez-vous pour des travaux prochains, particulièrement autour de la question de l’archivage pérenne. Il reste maintenant, pour ImaGEO, à pérenniser ces contacts, à la fois pour les travaux en cours et pour l’échéance prochaine du renouvellement du consortium, avec une possible ouverture à d’autres laboratoires et d’autres partenariats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *