Exposition : « Madagascar – Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui »

Exposition : « Madagascar – Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui »

Du 12 au 21 novembre 2015 a eu lieu, à l’Alliance Française de Diego Suarez (Madagascar), une exposition intitulée « Cartographie d’hier et cartographie d’aujourd’hui, Diego Suarez et sa baie, vues d’en haut ». Xavier Amelot, enseignant-chercheur à l’Université Bordeaux Montaigne et membre de l’équipe de recherche PASSAGES (UMR  5319 CNRS), était le commissaire scientifique de cet évènement organisé en partenariat avec Victor Mahazoasy, président  de l’association locale Ambre pour la préservation du patrimoine historique et environnemental de la région Diana.

xamelot1-ambre
L’association locale Ambre, partenaire de l’exposition

Deux membres du consortium ImaGEO ont également participé à la réalisation de cette exposition : le Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Montaigne et le Centre d’Information Scientifique et Technique REGARDS de l’UMR PASSAGES. Des reproductions de cartes contemporaines et anciennes, issues des fonds patrimoniaux de ces deux membres d’ImaGEO, ont ainsi pu être présentées, pour certaines d’entre-elles pour la première fois, à Madagascar.

Interroger la cartographie d’une île

xamelot3_antsirane-scd
1912 – Service géographique de Madagascar – 1/10 000 – Cartothèque du Département de Géographie, Service Commun de Documentation, Université Bordeaux Montaigne

Cette manifestation  était également inscrite dans le cadre de l’année internationale de la cartographie et s’est appuyée sur  l’accord de coopération international qui lie l’Université Bordeaux Montaigne et l’Université Nord Madagascar d’Antsiranana (Diego-Suarez). Xavier Amelot, géographe de l’environnement, spécialiste d’information géographique numérique (géomatique) est le principal artisan de cette exposition qui s’est tenue dans le grand hall de l’ancien marché couvert du centre historique de Diego-Suarez, siège de l’Alliance Française d’Antsiranana. Il a réalisé les posters et les commentaires de plus d’une trentaine de reproductions de cartes, de la fin du XIXe siècle à nos jours, pour la plupart issues des fonds du Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Montaigne et du centre REGARDS de l’UMR PASSAGES.

En marge de l’exposition ont eu lieu plusieurs évènements : une conférence-débat donnée par Xavier Amelot portant sur les enjeux de la cartographie à Madagascar, des ateliers pour les écoliers locaux, projection de films documentaires… Le but de ces évènements était de donner à voir et d’interroger la cartographie de l’île de Madagascar : son histoire, sa variété, et ce qu’elle dit du rapport de l’homme à son territoire. Comme l’indique la présentation de l’exposition : « La cartographie obéit à des règles ; c’est à la fois une technique et un art. C’est aussi un instrument de pouvoir qui exprime la vision du monde de son auteur ou de son commanditaire. (…) La diversité des cartes nous donnent à voir la diversité du monde des hommes.».

Conserver et diffuser le savoir géographique : les missions d’ImaGEO

Quel rôle a jouté le consortium ImaGEO ? Partenaires de l’exposition côté bordelais, la Cartothèque du SCD de l’Université Bordeaux Montaigne et le Centre d’Information Scientifique et Technique  REGARDS se sont chargés de la reproduction et de la fourniture de près de la moitié des cartes exposées. En effet, ces deux centres de documentation universitaires conservent un nombre important de cartes des pays du Sud, en lien avec les spécialisations passées et actuelles de la recherche géographique bordelaise. Dans le cas des cartes de Madagascar, il s’agit principalement de deux types de cartes : des cartes anciennes datant de la période coloniale dressée par les autorités françaises ; des cartes conçues plus récemment par des chercheurs géographes. Ces documents sont régulièrement utilisés à des fins de recherche, notamment dans le cadre de travaux d’étudiants en master et en doctorat. En somme, l’exposition met en rapport des objets de recherche et des données de recherche, réunissant ainsi des documents au service du questionnement scientifique et de la diffusion des connaissances dans un pays où l’accès à l’information scientifique est extrêmement difficile.

L’identification de ces cartes dans des portails comme AOMS et 1886 est un enjeu considérable pour ces pays. Elle permet de sélectionner, dans le cadre d’une exposition comme celle-ci, les documents à reproduire. La politique de numérisation, entreprise dans le cadre du consortium ImaGEO depuis 2013, permet d’en obtenir facilement des reproductions de grande qualité (numérisation à 400 ou 600 dpi), nécessaire pour les grands formats des posters (A1 et A0). Pour des documents de grande taille comme les cartes, et spécifiquement pour des cartes anciennes ne pouvant pas être transportées sans risque sur de longues distances, la dématérialisation du patrimoine documentaire permet d’en multiplier les représentations, notamment à destination des pays cartographiés.

xamelot2-aoms
Sur AOMS : visualisation géographique des cartes (accès sur authentification).

 

Quels liens à l’international ?

Si cette exposition permet de mettre en avant le travail de valorisation du document cartographique réalisé grâce au consortium ImaGEO, elle pose aussi la question de la visibilité internationale de fonds documentaires dédiés à des pays étrangers.

Comme l’explique Xavier Amelot, l’un des intérêts de l’exposition était de partager des connaissances cartographiques parfois lacunaires : « La plupart des cartes topographiques disponibles à la vente à Madagascar en 2015 n’ont pas été réactualisées depuis plus de 50 ans. ». L’actualisation de ces connaissances est essentielle pour des recherches environnementales, et plus encore la possibilité de comparer des situations dans le temps long. Il se trouve donc un intérêt actuel, autour d’enjeux locaux, à valoriser des fonds documentaires de cartes conservés en France et, surtout, à la diffuser sur le Web. Une des conditions essentielles est d’assurer une diffusion libre, sans barrière d’accès, ce qui est le cas des cartes anciennes de plus de 70 ans.

xamelot4_antsirane-regards
1935 – Service géographique de Madagascar – 1/2 000 – Centre de documentation REGARDS, UMR 5185 ADESS

Au-delà même des cartes, les membres d’ImaGEO se posent la question du « retour au pays » des documents scientifiques gérés dans le cadre du consortium, assurant ainsi une forme de restitution. La mise en ligne est une première réponse, mais des actions plus ponctuelles peuvent aussi permettre de faire connaître, à l’étranger, l’existence de fonds qui, pour être issus de la recherche française en géographie, n’en gardent pas moins un intérêt au-delà de la communauté scientifique nationale. Une piste intéressante pour des projets futurs…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *