Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle

mcmo20160517ImaGEO est présent dans le cadre d’une exposition de cartes qui se tient actuellement à la Maison des Suds (campus de Pessac, Bordeaux). Conçue par Matthieu Noucher, qui en est le commissaire, elle rassemble des tableaux de comparaison des montagnes et des rivières du 19ème siècle de deux fonds différents : des documents originaux de la cartothèque de l’Université Bordeaux Montaigne et des reproductions numériques de cartes issues de la collection de David Rumsey.

A3 affiche Imageo 250ImaGEO y propose un poster afin de présenter ses activités, le traitement des images géographiques et les méthodologies suivies. Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un atelier transversal de l’UMR Passages « Mise en ligne, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace », qui s’est tenu le 17 mai dernier sur le thème « Mettre le monde sur une feuille. Analyse des métrologies comparatives des montagnes et des rivières à partir des tableaux comparatifs du 19eme siècle ».

Voici un bref résumé des interventions :

Gilles Palsky, Université de Paris 1 – Pantheon Sorbonne « Le démon de la comparaison. Les planches comparatives de montagnes et de fleuves dans la géographie du 19eme siècle ».

Gilles Palsky s‘est tout d’abord intéressé aux origines historiques de ces planches comparatives. Après un premier tableau comparatif de Pasumot en 1783 (table des principales montagnes en Amérique, en France et dans les Alpes), les premiers modèles de tableau apparaissent au début du 19ème siècle (1806 et 1807) et auront ensuite un succès populaire.

Puis Gilles Palsky a proposé une approche épistémologique. Comment comprendre ce succès ? Ces tableaux relèvent de plusieurs projets distincts : un projet comparatif et statistique (la plus grande hauteur, etc.) dans l’idée de rendre le monde plus lisible, mais aussi un projet qui relève de la conquête du vertical (inventaire du monde, observation de lois physiques, de la hauteur), ou qui relève encore de l’esthétique du paysage, du spectacle de la nature. Ces tableaux participent d’une culture visuelle qui se développe au 19ème siècle, d’une expression de la nouvelle géographie scientifique.

Ces tableaux se sont ensuite diffusés en se diversifiant : diversification des objets (montagnes, rivières, lacs, chutes d’eau, monuments), diversification des échelles (le monde, la région). La dimension décorative et pittoresque s’accentue et le sens scientifique se perd. Ils participent ainsi de plus en plus d’une culture populaire et sont présents dans des ouvrages pédagogiques dans un objectif de géographie descriptive.

Peu à peu d’autres modes de représentations (dont la photographie) vont remplacer ces représentations sous forme de tableaux. Le genre ne s’éteint pas totalement pour autant, jusqu’à aujourd’hui. La vue synoptique perdure pour un public qui en reste friand, elle est toujours un élément de la culture populaire même si elle a perdu son caractère scientifique.

lemondesurunefeuille

Bailly, Jean-Christophe ; Besse, Jean-Marc ; Palsky, Gilles. Le monde sur une feuille : les tableaux comparatifs de montagnes et de fleuves dans les atlas du XIXe siècle. Lyon : Fage éd, 2014. 203 p.

W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.
W.H. Lizars, J. Thomson, A comparative view of the lengths of the principal rivers of scotland, 1831.

Baptiste Hautdidier (IRSTEA). « Le tableau comparatif des montagnes et rivières. Émuler pour comprendre, créer, critiquer ».

Baptiste Hautdidier s’est intéressé à ces formes de représentations suite à un travail dans le cadre d’un projet ANR Adapt’Eau (qui s’interroge en Gironde, autour de la Garonne, sur les grandes tendances dans l‘évolution des usages et occupations du sol, sur les relations des collectivités locales au fleuve et sur les conceptions des espaces riverains du fleuve par les habitants). Comment représenter le continuum fluvial de façon cartographique ? Il s’est alors intéressé aux tableaux comparatifs de fleuves, notamment à ceux disponibles sur le site de David Rumsey.

Il en déduit que la représentation du continuum fluvial nécessite une transformation. Il utilise alors des méthodes de déformation caoutchoutée et les outils SIG, ce qui l’amène à produire un tableau comparatif de 17 fleuves. Des questions méthodologiques se posent : comment mesurer la longueur d’un fleuve, comment les ordonner, comment localiser les sources ? Les classements évoluent grandement entre 1823 et 2014. Baptiste Hautdidier s’intéresse aux formes de représentations pour lesquelles la linéarité des éléments est très marquée et dépendent du médium.

Selon lui, quand on crée des tableaux comparatifs il y a des choix et arbitrages importants à effectuer, cela implique une complémentarité avec la version « bassin versant » et d’être dans une posture de « mapmaker » (de « bricolage ») qui n’est pas anodine.

Lecture :

Hautdidier B. “The comparative tableau of mountains & rivers : emulation and re-appraisal of a popular XIXth century visualization design”, Environment and Planning A, 2015.

L’exposition sera visible dans le hall de la Maison des Suds jusqu’à la fin du mois de mai.

Adresse : 12 Esplanade des Antilles, 33600 Pessac.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *